Opération des paupières, chirurgie plastique des paupières, chirurgie esthétique des paupières (Blépharoplastie)

Ce site Web collecte pour des raisons d´amélioration de l´efficacité de nos services des témoins de connexion (cookies). Si vous ne voulez pas accepter les cookies, changez les paramètres. Pour plus d´informations voir Les principes de la protection de la vie privée.

La chirurgie esthétique des paupières est une procédure utilisée en cas d’affaissement des sourcils ou de création de poches de graisse sous les yeux. Cette opération est généralement réalisée sous anesthésie locale et peut traiter à la fois les paupières supérieures et inférieures. L’excédant de peau, les hernies graisseuses et parfois aussi des tissus musculaires sont enlevés. Des ecchymoses et de enflures apparaissent souvent après l’opération mais disparaissent dans les 10 à 14 jours suivant l’intervention. Les résultats sont visibles environ six mois plus tard.

En quoi consiste une chirurgie esthétique des paupières (blépharoplastie)?

La blépharoplastie est une intervention de chirurgie esthétique ayant pour but de corriger les aspects disgracieux des paupières inférieures et supérieures. Elle traite le plus fréquemment leur ptose (relâchement cutané), des hernies graisseuses ou une combinaison de ces deux imperfections. Lors d’une telle intervention, le chirurgien supprime l’excès de peau et les poches de graisse (prolapsus) et si nécessaire certains tissus du muscle orbiculaire relâché.  Une Opération des paupières permet de traiter les causes d’un regard vieux et fatigué. Le patient peut subir une opération traitant les paupières inférieures et supérieures. Si les paupières inférieures ne sont affectées que d’un problème de poches graisseuses et qu’il n’est pas nécessaire d’effectuer une résection d’excédent cutané, les incisions sont placées à l’intérieur de la paupière inférieure (voie conjonctivale).

 

En cas d’affaissement des paupières ou de création de poches sous les yeux, les médecins recommandent de procéder sans attendre à une plastie des paupières. Les résultats sont nettement meilleurs et  plus durables. La majorité des sujets opérés ont plus de 35 ans mais dans certains cas, notamment de dispositions congénitales, l’intervention peut être réalisée à un âge plus précoce. La voie conjonctivale est le plus souvent utilisée chez les jeunes patients.

Une opération de chirurgie esthétique des paupières peut améliorer votre apparence mais ne vous attendez pas à un changement de regard des gens sur vous. Réfléchissez donc bien à ce que vous attendez de cette intervention. Celle-ci peut être conjuguée avec  un lifting facial  ou un  lifting du front.

Comment se déroule une opération de chirurgie esthétique des paupières?

Avant l’intervention

La consultation initiale avec le chirurgien en charge est essentielle. Vous devrez parler ouvertement de vos motivations et déterminer avec celui-ci la procédure la plus appropriée à votre cas (traitement des quatre paupières ou seulement des paupières inférieures ou supérieures). Il vous expliquera également le déroulement de l’opération et la technique anesthésique qui sera employée. N’hésitez pas à poser toute question, notamment si vous avez des doutes.

Avant l’opération il ne convient pas d’utiliser des médicaments comme l’Acylpyrine, l’aspirine, l’Alnagon ou le Mironal, pouvant augmenter les saignements durant et après l’intervention. Un bon état de santé est une condition préalable à la réalisation de cette opération.

Dans le cadre de votre préparation à cette opération des paupières assurez vous qu’une tierce personne pourra vous reconduire de la clinique à votre domicile et vous assister dans vos taches ménagères les quelques jours suivants si nécessaire.

La consultation préopératoire

Si vous vous entendez avec votre chirurgien sur le recours à une anesthésie locale pour la réalisation de votre opération des paupières, vous ne serez pas dans l’obligation de vous soumettre à des examens internes préopératoires.

Avant l’opération vous serez envoyé dans un service d’ophtalmologie qui contrôlera la qualité de votre vue, votre champ visuel, mesurera votre pression intraoculaire et examinera microscopiquement vos yeux au moyen d’une lampe à fente (procédures courantes d’examen ophtalmologique).

Une blépharoplastie ne peut être pratiquée si votre système lacrymal ne fonctionne pas suffisamment bien. L’examen de ce système est effectué en réalisant certains tests (comme par exemple le test de  Schirmer consistant à placer un papier très absorbant au coin de la paupière inférieure et à mesurer son humidité après un certain laps de temps).

Taille de la fente palpébrale: il s’agit de la distance entre la bordure centrale de la paupière supérieure et celle de la bordure inférieure. Si celle-ci est de moins de 10 mm on parle de fente palpébrale rétrécie.

MRDI: (« margin-reflex distance »)  distance entre le centre de la pupille et le centre de la bordure de la paupière supérieure

MRD2: même distance entre le centre de la pupille et le centre de la bordure de la paupière inférieure. Ces deux distances ne devraient pas être supérieures à 4 mm.

Distance entre le centre de la pupille et le sillon orbital.

Exceptionnellement le chirurgien peut demander à ce qu’il soit procédé à des examens de l’encéphalite excluant la présence de processus pathologique dans la partie arrière de l’orbite.

Il est par contre courant de tester le fonctionnement des muscles inter sourciliers responsables de la fermeture des paupières supérieures. L’un de ces tests consiste à retourner la paupière supérieure et à demander au patient de regarder vers le haut. Si ces muscles fonctionnent bien la paupière reprendra automatiquement sa position normale. Un autre test consiste à observer le soulèvement de la paupière après immobilisation du muscle frontal.

Anesthésie

Une opération des paupières est généralement effectuée sous anesthésie locale. Elle peut être réalisée sous anesthésie générale si le patient ou son chirurgien préfère. Dans ce cas, le patient doit s’abstenir de boire manger et fumer durant les six heures précédant l’intervention. Après une opération sous anesthésie locale, le patient peut rentrer à son domicile. Une opération sous anesthésie générale nécessite une hospitalisation.

Chirurgie esthétique des paupières

Opération des paupières supérieures

Une telle intervention est indiquée en cas de présence des imperfections décrites ci-après :

  • Ptose

  • Poches de graisses

  • Excédant de peau (appelé « casquette » ou plus scientifiquement « dermatochalasis »)

  • Relâchement de certaines parties du muscle orbiculaire

Ptose: chute de la paupière supérieure résultant en une obstruction de la cornée. La ptose peut être congénitale ou acquise. Le plus souvent elle a pour origine une anomalie de  développement du muscle releveur de la paupière ou une défaillance de l’innervation de ce muscle. Nous rencontrons souvent des cas de pseudo-ptoses (la paupière n’est pas affaissée mais recouverte par le sourcil supérieur). Une pseudo-pose peut être causée par une asymétrie du visage rappelant l’aspect d’un patient atteint de ptose des paupières.

Solution: nous examinons tout d’abord le fonctionnement du muscle releveur de la paupière. A l’aide de son index le médecin fixe le sourcil et paralyse ainsi le muscle frontal qui a pour fonction entre autre d’assister le muscle élévateur de la paupière. Il observe ensuite les mouvements des paupières. Si ce mouvement est de plus de 10 mm et la ptose inférieure à 3 mm le muscle releveur de la paupière fonctionne normalement.

Intervention selon la méthode Fasanella-Servat (Müllerectomie) – technique utilisée pour traiter les ptoses modérées de moins de 2 mm dans le cas d’un muscle releveur de la paupière fonctionnant normalement. Le chirurgien retourne la paupière et sectionne une languette tarso-conjonctivo-müllérienne puis suture les 2 berges conjonctivales entre elles.

Plicature d’une aponévrose du muscle levator palpebrae (muscle releveur de la paupière supérieure) – technique utilisée pour traiter les ptoses modérées de moins de 2 mm dans le cas d’un muscle releveur de la paupière fonctionnant normalement. Le chirurgien fronce une attache du muscle releveur au fin cartilage ajustant la paupière supérieure.

Résection d’une aponévrose du muscle levator palpebrae (muscle releveur de la paupière supérieure) – technique utilisée dans le cas de ptoses modérées avec muscle releveur de la paupière ne fonctionnant pas). Le chirurgien choisit une approche par voie transcutanée ou par l’intérieur de la paupière (voie conjonctivale). En cas de recours à cette seconde technique l’incision est placée dans un pli cutané naturel de façon à ce que la cicatrice soit le moins visible possible. Il coupe ensuite une partie des tissus musculaires et suture les parties restantes.

Suspension frontotarsale – technique utilisée en cas de muscle releveur de la paupière ne fonctionnant pas et ou de ptose importante. Le chirurgien effectue deux courtes incisions au dessus des cils de la paupière supérieure et deux incisions au dessus du sourcil. Grâce à de fins instruments il crée un tunnel entre les orifices sur la paupière et le front par lequel il fait passer une aponévrose (membrane ferme et élastique qui enveloppe les muscles) artificielle ou provenant de tissus du patient. Après l’intervention celui-ci ouvre et ferme ses paupières à l’aide du muscle frontal.  Durant sa rééducation il apprend à se servir à ces fins de ce muscle.

Enlèvement d’hernies graisseuses, dermatochalasies, muscle orbiculaire important – l’incision sur la paupière supérieure est effectuée de manière à ce qu’elle soit cachée (ainsi que la cicatrice en résultant) dans le repli cutané de la paupière. De cette manière le chirurgien atteint les tissus sous-cutanés. Après avoir enlevé les hernies graisseuses il atteint le muscle. Il n’est pas procédé de manière courante à la réduction des tissus musculaires. Une telle réduction est réalisée uniquement en cas d’allongement de ce muscle. Le chirurgien atteint par une incision du muscle la paroi conjonctive séparant l’orbite de sa partie extérieure et prévenant la propagation d’infections à l’intérieur de l’orbite. Un fois cette paroi incisée, le chirurgien peut enlever la graisse prolabée derrière le bulbe. Un effet plus important est obtenu par pression sur le globe oculaire. Au terme de l’opération les muscles sont suturés (procédure non nécessaire pour la paroi conjonctive). Lors de l’opération le chirurgien procède à l’ablation des excédents cutanés mesurés et dessinés avant l’intervention. Il doit faire attention à ne pas enlever trop de peau, sinon la paupière ne pourrait plus se refermer entièrement.

Opération de la paupière inférieure

Une telle intervention est indiquée en présence d’imperfections similaires à celles des paupières supérieures. Elle peut être effectuée selon deux techniques différentes.  Selon la première, le chirurgien effectue une incision de 2 millimètres sous les cils (voie sous-ciliaire). Selon la seconde, une incision est effectuée par rayon laser en passant par l’intérieur de la paupière (voie conjonctivale). La méthode est la même que celle utilisée pour une opération de la paupière supérieure. Elle a également pour objectif l’enlèvement des excédents de peau et de graisse. Dans le cadre d’une intervention par voie conjonctivale, on utilise souvent des protections pour la cornée et de menus tampons placés dans les paupières afin que l’extraction de la graisse ne soit pas désagréable pour les patients placés sous anesthésie locale. Cette technique présente l’avantage de ne laisser aucune cicatrice visible. Elle engendre toutefois plus souvent une complication dénommée ectropion (ectoprion) consistant en un retournement vers l'extérieur de la paupière, généralement de la paupière inférieure.

Une blépharoplastie peut être complétée par une opération de correction de la fente oculaire, de la hauteur des coins de l’œil ou de leur stabilisation (canthopexie, canthoplastie).

Canthopexie: opération du coin de l’œil visant à le raffermir. Elle complète une blépharoplastie et peut être réalisée en utilisant les mêmes incisions. Par un point de suture spécial, le chirurgien raffermit le ligament du coin extérieur recouvrant l’os crânien.

Canthoplastie: opération similaire à une canthopexie, ces termes sont d’ailleurs souvent confondus. Une canthoplastie consiste à relâcher le ligament du coin extérieur de l’œil. Le chirurgien repositionne le ligament et le fixe par suture au périoste (ce qui a pour effet de modifier la forme de la fente). Elle complète également une blépharoplastie. Après cette intervention des pansements et une compresse légèrement élastique sont généralement placés sur les zones traitées. Il existe de nouvelles techniques selon lesquelles l’excédant de graisse n’est pas enlevé mais remodelé dans la forme requise. Cette méthode permet d’éviter l’apparition de cernes sous les yeux, fréquente après une blépharoplastie. En lien avec des cernes importantes sous les yeux, il est parfois conseillé de recourir à une carboxythérapie. Vous trouverez plus d’informations sur ces techniques dans les articles suivanteshttp://www.plasticka-chirurgie.info/zakroky/karboxyterapie: carboxythérapie et Que faire en cas de poches sous les yeux et de cernes.

Dans certaines circonstances une blépharoplastie n’est pas conseillée. Ceci est notamment le cas si vos yeux ont une faible production lacrymale, si vous êtes sujet à des infections des yeux, si votre peau est trop courte ou si vous souffrez de  lagophtalmie (incapacité d’ouvrir la  fente oculaire).

Après une opération des paupières

Avant de rentrer chez vous, vous recevrez des instructions détaillées concernant les soins appropriés et éventuellement des médicaments contre la douleur. Il est recommandé de dormir avec la tête en position rehaussée. Pendant au moins une semaine vous devrez éviter au maximum toute activité physique entraînant une augmentation de la pression sanguine, ce qui est contre-indiqué après une intervention de chirurgie esthétique des paupières. Durant les premiers jours les paupières seront plus ou moins gonflées et de petits bleus peuvent apparaître, principalement dans la région des paupières inférieures. Il existe de nombreuses préparations aidant et favorisant la convalescence.  Wobenzym réduit les enflures et est souvent recommandé. Il vaut mieux commencer à l’utiliser un ou deux jours après l’opération et ce à raison de dix tablettes 3 fois par jour. Il s’agit uniquement d’un traitement d’appoint accélérant de manière significative le rétablissement du patient. La pommade  Auriderm peut être utilisée à des fins similaires. Elle s’applique sur les paupières 2  fois par jour et il est recommandé de commencer à l’appliquer 10 jours avant la date de l’intervention. Il existe de nombreuses autres préparations similaires, il est toutefois conseillé de se renseigner auprès de votre médecin avant de faire votre choix. Vos yeux peuvent être plus sensibles à la lumière et larmoyer d’avantage. C’est pourquoi il vous est conseillé de porter des lunettes de soleil durant cette période.  La plupart de patients sont capables de lire et de reprendre leurs activités habituelles après quelques jours.

Au plus tard dans les dix jours après l’intervention, suivant le type de suture utilisée, les points de suture vous seront enlevés. Les enflures les plus importantes si dûment pansées disparaîtront au cours des premiers jours après l’opération. La plupart des clients reprennent leurs activités professionnelles dans les 7 à 10 jours suivant l’opération.

Complications liées à une chirurgie esthétique des paupières

Si vous vous décidez à recourir à une opération des paupières, vous devriez connaître toutes les complications possibles que peut entraîner cette intervention. L’un de ces risques consiste dans l’apparition d’un réflexe oculocardiaque entraîné par une pression sur le globe de l’œil. Il se manifeste par une baisse de tension et du pouls. Cet état peut être très sérieux mais la plupart du temps il ne s’agit que d’une petite baisse de tension. Nous rencontrons parfois des cas d’écartement des plaies après l’enlèvement des points de sutures.

L’ectropion est l’une des complications potentielles les plus graves. Elle consiste en un renversement de la paupière en dehors ou un éloignement de la conjonctive bulbaire de l’œil. Les yeux du patient larmoient constamment, la région de l’œil doit être  humidifiée en permanence et est irritée. Le patient ressent la présence d’un corps étranger dans l’œil.  Celui-ci est très sensible et prédisposé aux infections. Un ectropion survient peu de temps après une intervention suite aux enflures postopératoires. Il commence à disparaître lors de la résorption  des enflures. Un ectropion permanent est dû au prélèvement d’une trop grande surface cutanée  ou d’une complication des cicatrices profondes dans la région des muscles et des ligaments.

Thérapie: elle n’est pas simple. Si une résection trop importante de tissus cutanés, musculaires ou ligamenteux est à l’origine de l’ectropion (ce qui se constate encore au cours de l’intervention) il est recommandé de procéder à une transplantation immédiate des tissus retirés. Si l’ectropion survient après l’opération, il est procédé à une transplantation de tissus cutanés pris derrière le pavillon de l’oreille. Dans le cadre d’une thérapie de conservation, il est conseillé d’effectuer des massages pressions et de tirer les paupières vers le bas. Parfois une canthopexie est réalisée (raffermissement de la partie extérieure de la paupière).

Une autre complication sérieuse est l’impression de sécheresse de l’œil.

Thérapie: se guérit en appliquant des larmes artificielles en gouttes.

Nous rencontrons souvent des cas de lagophtalmies, qui se manifestent par l’impossibilité de fermer complètement les paupières notamment durant le sommeil.

Thérapie: conservatoire, le plus souvent disparaît sans qu’il soit nécessaire de recourir à une intervention chirurgicale. Il est important de faire en sorte que l’œil ne s’assèche pas excessivement. C’est pourquoi nous utilisons des larmes artificielles en gouttes et la nuit une pommade.  Exceptionnellement une intervention chirurgicale est réalisée.

Les enflures et les ecchymoses causent une ptose postopératoire disparaissant sans intervention extérieure durant les quelques jours suivant l’opération. Le muscle élévateur de la paupière ou son innervation peuvent parfois être endommagés au cours de l’opération, ce qui engendre une ptose permanente.

Thérapie: nécessité de recourir à une opération chirurgicale employant la technique de la suspension frontotarsale, utilisée pour les ptoses congénitales.

Une cicatrice importante avec hypertrophie du tissu ligamentaire constitue une complication très rare. Si vous avez déjà une cicatrice de ce genre sur le corps, indiquez-le à votre chirurgien dès votre premier rendez-vous.

Nous rencontrons fréquemment des cas d’hyperpigmentations (accentuation de coloration) de la zone opérée.

Thérapie: En cas d’hyperpigmentation très importante, une correction peut être effectuée au laser, mais au plus tôt six mois après l’opération.

Parmi les complications de moindre importance figurent les milia (petites excroissances blanches localisées dans les cicatrices). Elles sont causées par la défaillance et la fermeture des canaux de petites glandes.

Thérapie: il suffit de piquer les millia au moyen d’une petite aiguille et d’en faire sortir le contenu. Si les millia reviennent ils peuvent être retirés par ablation chirurgicale.

Une asymétrie des fentes oculaires n’est pas nécessairement liée à une intervention de blépharoplastie. Si le patient n’avait pas d’asymétrie avant  l’intervention, elle est probablement le résultat d’une ablation asymétrique des hernies de graisse.

Thérapie: nouvelle opération.

Des infections postopératoires tout à fait bénignes surviennent fréquemment.

La cécité postopératoire est très rare. Elle résulte de saignements derrière le globe oculaire. La pression de l’épanchement sanguin entraîne la nécrose de la rétine. Les manifestations de ces saignements sont discrètes, elles consistent en une pression dans l’œil, une douleur et un globe oculaire dur au toucher.

Thérapie: très complexe. L’objectif principal est d’arrêter les saignements, de corriger l’orbite et d’aspirer l’épanchement sanguin. Des infusions pour compenser les pertes de sang et des corticoïdes sont également utilisées.

Quels résultats pouvez-vous attendre d’une opération de chirurgie esthétique des yeux?

Au cours des premières semaines les minuscules cicatrices quasi invisibles peuvent avoir une couleur légèrement rose. Celle-ci disparaît complètement avec le temps et les cicatrices sont presque invisibles aux yeux des personnes non expertes. Dans la plupart des cas une nouvelle intervention n’est pas nécessaire. La durée des effets de l’opération varie selon les sujets. Parfois au bout de 8 à 10 ans une nouvelle hernie de graisse réapparaît nécessitant une nouvelle intervention au cours de laquelle les incisions effectuées lors de la première opération sont réutilisées. Il s’agit d’une intervention plus facile que la première opération.


Avant-propos
La présente note vise à apporter aux personnes intéressées une première information sur différents types d’opérations de chirurgie plastique. En raison de la complexité du sujet et des évolutions constantes en ce domaine de la médecine, il importe de souligner que le contenu de cette page n'est qu'un guide complémentaire et ne doit être en aucune façon considéré comme solution de remplacement à une consultation personnelle et complète avec un chirurgien spécialiste.

Auteur:

    
Consultez un spécialiste dans le domaine suivant Opération des paupières (Blépharoplastie).

Dr Abraham-Paul FERRON

Chirurgie oculoplastique, Ophtalmologie

Se renseigner
Posez vos questions sur Opération des paupières (Blépharoplastie)

Envisagez-vous de subir cette intervention ? Consultez vos préoccupations avec d'autres visiteurs et médecins.

 
Partagez votre expérience concernant Opération des paupières (Blépharoplastie)

Avez-vous déjà subi ce traitement ? Écrivez votre commentaire et aidez ainsi nos utilisateurs.