Lifting malaire : comment s assurer d un bon amarrage des structures liftées ?

Le forum de discussion ne remplace en aucun cas une consultation personnelle au cabinet du médecin.

Lifting malaire : comment s assurer d un bon amarrage des structures liftées ?

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.
Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour madame,
Voilà des réponses à vos interrogations.
Je vous ai également fait un petit exposé pour vous permettre ainsi qu'à celles et à ceux que cela intéresse d'avoir une idée plus détaillée ( sinon claire) de ce qu'est un lifting malaire au regard des autres liftings.
Il va suivre mes réponses et celles ci s'appuient sur son contenu en partie et sur ma propre expérience.
Comment s'assurer d'un bon amarrage des structures liftées?

Aucun moyen ne vous permet de vous en assurer sauf à assister à votre l’intervention !
En effet, ce n’est pas tant le type d’attache choisi qui compte que la bonne réalisation technique de l’ensemble de la procédure qui importe mais aussi :
• Bonne localisation et bonne quantité de graisse amarrée
• Sutures non trop serrées pour éviter l’effet fil à couper le beurre
• Choix des bonnes ligatures
Dans ces conditions, ce ne sont pas des orifices osseux ou des attaches périostées qui à eux seules suffisent à garantir un bon amarrage des structures liftées.

Faut-il forcément percer l'os malaire?

Pour percer l’os, il faut réaliser un abord sous périosté.
Cela implique de trouver un avantage significatif à la réalisation d’un décollement sous périosté pour la qualité du rajeunissement obtenu et/ou pour la tenue dans le temps du rajeunissement obtenu.
Si l’on observe sur la photo ci jointe le rajeunissement obtenu en position allongée sans qu’aucun décollement sous périosté ne soit réalisé, il me semble qu’il est possible de discuter de son intérêt et donc de l’intérêt de percer l’os pour réaliser les fixations.
C’est une affaire de conviction personnelle un peu comme en religion.


Les descriptifs sur internet ou sur les fiches SOP CPRE restent toujours assez vagues sur les systèmes d'ancrage (fixation à l'aide de fils sur les trous faits à l'os malaire, fixation sur l'aponévrose temporale, fixation périoste...) .

Le côté vague ressenti par le lecteur profane est en fait un choix sur un document d’information pour ne pas prendre le parti d’une technique plus que d’une autre dans la mesure ou elles coexistent sans que l’une n’est totalement à ce jour supplantée les autres.

Comment s'assurer auprès du chirurgien que le résultat ne craque pas?

Ce n’est pas je crois en ces termes que cela se pose, les amarrages sont à priori solides et ne sont pas à l’origine des problèmes qui peuvent être observés.
La remontée peut être jugée excessive, c’est effectivement un problème de dosage pendant l’intervention.
La graisse étant amarrée, si l’œil devient rond par traction sur la paupière inférieure, ce n’est pas en raison d’un résultat qui craque mais d’un excès de peau retirée sous l’œil.

Si le résultat se dégrade assez rapidement malgré une quantité importante de peau retirée pendant l’intervention et une graisse bien remontée, ce n’est pas là non plus parce que le résultat craque mais
- soit parce que la patiente perd du poids dans les suites de l’intervention ce qui détend la peau et entraine une nouvelle descente des volumes
- soit parce que la qualité de la peau au moment de l’intervention est telle que elle ne peut rester dans la nouvelle tension que lui procure l’intervention. Elle se détend encore de nouveau plus ou moins, entrainant une dégradation du résultat par une descente légère mais perceptible des volumes par rapport à la période post opératoire immédiate pendant laquelle l’oedème magnifie souvent le résultat.

Quelle technique est la plus fiable ?

Chacun a son idée à ce sujet et en l’absence d’une technique unique ayant avec le temps par la qualité de ses résultats supplantée les autres, toute réponse ne peut être jugée que partisane.

Par ailleurs, pourquoi certaines techniques se passent du léger lifting temporal que le malaire peut apporter?
Deux remarques :
- Le lifting malaire concentrique, tel que je l’ai présenté plus haut et qu’il a été décrit, ne prétend à aucun lifting temporal ni amélioration quelconque dans la région temporale car la localisation de son incision et son caractère concentrique rendent cela impossible.
- Le lifting temporal à proprement parler (et non ceux que je décrits plus bas) n’est indiqué que si après un rajeunissement médian et /ou latéral, un excès de peau est particulièrement visible dans la région temporale. En dehors de cela, il est exceptionnel en pratique qu’il soit indiqué donc réalisé.


Vaut-il mieux un lifting sous périoste ou sus périoste?
Là encore, chacun a son idée à ce sujet et en l’absence d’une technique unique ayant avec le temps par la qualité de ses résultats supplantée les autres, toute réponse ne peut être jugée que partisane.

Chacun défend judicieusement sa technique et il est parfois difficile de s’y retrouver.
Même réponse qu’au dessus

Enfin, si on réalise ce lifting jeune, pourra-t-on le renouveler sans finir "figée"?
Si le geste réalisé ne consiste qu’à repositionner ce qui est descendu ; la graisse et d’enlever ce pourquoi cela est descendu, la peau, alors il n’y a aucune raison d’être figée.

D'ailleurs, ce lifting a-t-il tendance à modifier le regard?
Concernant les liftings Verticaux pures que j’évoqué plus bas, non car la remontée et l’amarrage de la graisse sont indépendants de la peau de la paupière donc de la forme des yeux. Il ne faut toutefois pas forcer le trait et se limiter à remonter ce qui est descendu et pas plus sous peine de rétrécir la fente palpébrale.
Concernant les liftings Obliques temporaux évoqués plus bas, s’ils sont techniquement plus faciles à réaliser, le dé placement des volumes de la pommette en haut et en dehors en direction de la tempe modifie la forme de l’œil en l’étirant et la forme du haut du visage en général.

Et question sûrement bête : comment évolue un lifting avec une prise de poids (grossesse par exemple?).
Prendre du poids n’est pas un problème. Le problème est d’en perdre car lorsque la qualité de la peau n’est plus la même, en cas de perte de poids, la peau assure moins la position des volumes et les traits se creusent en haut et s’alourdissent en bas.
Donc comme évoqué plus haut, il ne faut pas perdre de poids après un lifting ni avec le temps car cela contribue à vieillir le visage alors que l’inverse ne pose aucun problème !

Suit le petit exposé !
Cordialement
Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Plus qu’un lifting malaire, il faut parler d’un ensemble, celui des Liftings MEDIANS de la face dont le lifting malaire est un des éléments.

Dans un premier temps, je vous propose de situer les différents types de liftings selon la région qu’ils prétendent rajeunir.
Dans un second temps, nous regarderons pour la région MEDIANE, les différents types de liftings que nous y trouvons.

Il est plus clair de parler des Liftings MEDIANS de la face pour l’ensemble des gestes dont l’objectif est de rajeunir la région MEDIANE de la face (dont la partie antérieure de l’ovale fait partie).

=> Ces liftings par nécessité impliquent donc un mouvement vers le HAUT (lifter !) de repositionnement des volumes de la région MEDIANE de la face qui sont descendus avec le temps suite à la perte d’élasticité de la peau qui les soutient dans cette région.
Ce repositionnement vers le HAUT peut être strictement vertical, voir légèrement en dedans ou à l’inverse légèrement oblique vers le haut et l’arrière un peu plus en direction de la tempe en direction de la tempe selon les techniques décrites et les approches conceptuelles quant à l’origine du vieillissement de ces régions, pour repositionner les volumes de manière naturelle (normale d’un point de vue anatomique) et fidèle ( identique à la localisation qui était la leur chez le sujet plus jeune).

=> Ainsi un lifting du groupe Lifting Médian de la face :
- Peut SEUL améliorer la région médiane de la face c’est à dire agir sur les paupières inférieures, le creux de cerne, la vallée des larmes, le volume des pommettes, les sillons naso géniens partie haute , les plis de la bouche.
- Peut agir sur les plis d’amertume et la partie haute et antérieure des bajoues et donc de la partie correspondante de l’ovale.



Par opposition à ces liftings MEDIANS, les Liftings LATERAUX de la face et du COU ont pour objectif de rajeunir la région latérale de la face, l’ovale et le cou.

=> Ces liftings ont par nécessité un mouvement des volumes essentiellement vers l’arrière soit quasi horizontal soit légèrement oblique vers le haut selon les techniques décrites et les approches conceptuelles quant à l’origine du vieillissement de ces régions, pour repositionner de manière naturelle et fidèle les volumes de la région latérale de la face et du cou là aussi pour repositionner de manière naturelle et fidèle les volumes.

=> Ainsi un Lifting du groupe Lifting Latéral de la face et du cou :
- Peut SEUL améliorer la région latérale de la face, la région postérieure de l’ovale et le cou ainsi que les sillons naso géniens partie basse.
- Il peut agir sur les plis d’amertume et la partie basse et postérieure des bajoues et donc de la partie correspondante de l’ovale.

On voit ainsi que les régions proches des coins de la bouche, les plis d’amertume et la partie antérieure de l’ovale pour être pleinement rajeunies doivent être idéalement l’objet d’une double action conjointe ou dissociée dans le temps par chacun de ces deux type de liftings.
En effet, cette région centrale basse vieillit à la fois en raison d’une descente des tissus de la région médiane de la face et d’une descente des tissus de la région latérale de la face. (voir photo).


Il existe pour certaine, une troisième option chirurgicale de rajeunissement par liftings, que je qualifierais pour bien les différencier des précédents de Liftings OBLIQUES.

Ils ont pour prétention :
• Un rajeunissement à la fois médian et latéral ainsi qu’au niveau du cou.
• Par une incision unique temporale et dans la région de l’oreille.
• Par la réalisation d’un geste chirurgical unique franchement oblique vers le haut et l’arrière en direction de la tempe de « repositionnement » des tissus descendus.
• A qualité égale de résultat, de faire l ‘économie d’une cicatrice et d’une chirurgie proche de l’œil et d’une chirurgie extensive au niveau du cou et de la région derrière l’oreille lorsque le cou doit être rajeuni.

C’est malheureusement pour moi trop beau pour être vrai !

Ils sont pour ces raisons souvent assimilés (à tort) soit au groupe des Liftings MEDIANS, soit au groupe des liftings LATERAUX ou du cou.

Voilà pour cette première partie nous permettant de savoir précisément à quel type général de Lifting nous nous référons lorsque l’on parle de tel ou tel lifting.
Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Concernant maintenant le groupe Lifting Médian de la face, dont l’objectif est de rajeunir la région médiane du visage, il existe en pratique deux sous groupes selon que l’axe de repositionnement des volumes est strictement VERTICAL haut ou plus ou moins OBLIQUE haut vers l’arrière.

Le sous groupe des liftings médians strictement VERTICAUX est constitué essentiellement par deux interventions chirurgicales qui seules peuvent prétendre au qualificatif de lifting VERTICAL de la région médiane de la face, car seules ces deux interventions ont un repositionnement strictement vertical :

- Le Lifting Malaire Concentrique ( LMC) :
• L’incision de la peau se situe pour cette action purement verticale strictement au dessus et au plus près des volumes descendus à repositionner.
• La cicatrice est donc sous les cils au niveau de la paupière inférieure et dans la partie basse de la patte d’oie.
• Il est réalisé en sous périosté c’est à dire que le périoste de la région de la pommette est entièrement décollé avec l’idée que le repositionnement procuré serait plus stable dans le temps et le mouvement plus important.
• Son axe de repositionnement des volumes descendus de la pommette est vertical voir légèrement en dedans d’où son nom de concentrique.
• La fixation est faite à la partie externe du rebord orbitaire inférieur ainsi que du rebord orbitaire externe par des orifices osseux réalisés d’ans l’os.
• Dans ces trous sont passées des sutures le plus souvent non résorbables utilisées pour remonter et stabiliser la remontée des volumes.
• Ce sont en fait les accolements créés qui dans le temps assurent la majeure partie de la stabilité, que ce soit au niveau du périoste, des autres zones de décollement ou de la face profonde de la peau décollée.
• Il n’y a aucune traction sur la peau dont seul l’excès à l’origine de la descente des tissus est enlevé. Le rajeunissement doit tout au seul repositionnement haut des volumes de la région malaire (pommette).


- Le Lifting Vertical Médian sus périosté :
• L’incision de la peau et la cicatrice sont identiques à la précédente.
• Il est réalisé en sus périosté c’est à dire que le périoste de la région de la pommette n’est pas décollé avec l’idée double que la stabilité du repositionnement procuré dépend essentiellement de la qualité élastique de la peau et qu’il n’est absolument pas nécessaire de décoller le périoste pour que les volumes remontent de manière à rajeunir pleinement, naturellement et fidèlement la région médiane de la face (voir photo).
• Son axe de repositionnement des volumes descendus de la pommette est là aussi strictement vertical.
• La fixation est faite au niveau du rebord orbitaire externe par une ou plusieurs sutures résorbables ou non réalisées au niveau du périoste recouvrant l’os.
• Ceux sont également ici les accolements créés qui dans le temps assurent une partie de la stabilité du résultat avec la peau dont l’excès a été enlevé.
• Là aussi, aucune traction sur la peau, le rajeunissement est ici aussi uniquement le fait de la remontée des volumes. (voir photo).

Le choix de tel ou tel geste chirurgical dépend de chaque chirurgien selon qu’il accorde un intérêt ou non à la réalisation d’un décollement périosté dans l’efficacité et la pérennité dans le temps d’un geste de rajeunissement de la région verticale médiane de la face.

La préférence pour ces deux gestes repose sur le postulat que le vieillissement de la région médiane de la face est la conséquence d’une descente de la graisse secondaire au relâchement de la peau qui est strictement verticale voir légèrement divergente vers l’extérieur pour justifie un geste concentrique, en tout cas vertical.
De fait, si le processus de vieillissement se déroule vers le bas selon un axe vertical, la restitution à l’identique pour un résultat naturel et fidèle au visage du patient par le passé implique un mouvement chirurgical opposé donc vertical strictement ascendant.

Cette chirurgie VERTICALE du rajeunissement MEDIAN du visage, se différencie, s’oppose à la chirurgie OBLIQUE de rajeunissement MEDIANE LATERALE et CERVICALE en un temps unique que nous avons évoqués plus haut.

Dans ce lifting oblique de la face et du cou,

• L’incision (la future cicatrice) est donc située en région temporale, dans les cheveux ce qui implique un recul de la ligne d’implantation ou devant les cheveux ce qui expose à une cicatrice visible.
• Elle descend plus ou moins devant l’oreille qu’elle peut contourner selon l’ampleur du mouvement oblique ascendant à réaliser pour traiter l’ovale et le cou.
• Le décollement est uniquement sous cutané plus ou moins étendu en direction de la graisse située à la partie haute et externe de la pommette.
• Son axe de repositionnement des volumes descendus de la pommette est là franchement oblique ce qui postule que ces volumes s’y trouvaient lorsque le sujet était plus jeune ( ?).
• Cette graisse, selon les gestes plus ou moins invasifs, sera chargée ou non par des sutures dont les parties hautes sont à distance au niveau de la tempe à proximité de l’incision où elles sont fixées le plus souvent à l’aponévrose temporale .
• Ceux sont également ici les accolements créés profonds et sous la peau qui dans le temps, assurent une partie de la stabilité du résultat avec la peau dont l’excès a été enlevé.
• Ici, selon que la graisse est ou non chargée par les sutures, le rajeunissement obtenu dépend ou non du repositionnement des volumes ( bon choix) et ou d’une traction sur la peau ( mauvais choix car disparaît vite avec le temps).
• En effet si la graisse n’est pas chargée comme elle l’est dans les véritables liftings verticaux, c’est la tension sur la peau qui est censée procurer la remontée des volumes, ce qui n’est pas bon car à terme, une peau mise sus tension se détend toujours et un résultat plastique obtenu par la seule mise en tension de la peau ne peut donc être stable dans le temps.


Voilà pour un état » simple » des lieux.

J’espère que cela vous aidera dans vos choix ultérieurs !
Cordialement
Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Carolyn  |  visitor  |  Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • 36 réponses
  • 3 J'aime
Bonjour et bravo pour vos questions très pertinentes et merci au docteur Buis qui répond avec compétences et précisions
Cordialement
Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour madame,
Cela est possible uniquement si en position allongée vous notez une amélioration significative sans avoir à vous aider de vos doigts car cela démontre que l'amélioration est produite par la remonté spontanée des volumes de la pommette, remontée que réalise un lifting malaire sans tension sur la peau autre que sa tension normale.
Vous pouvez, si vous le souhaitez m'envoyer des photos en position assise et en position allongée.
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Le lipofilling serait une bonne solution mais il ne peut être réalisé que si le relâchement de la peau est modéré faute de quoi les volumes apportés ne peuvent rester en position haute,
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Oui

Répondre à Dr Jacques Buis

Carolyn  |  visitor  |  Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • 36 réponses
  • 3 J'aime
Bonjour Dr Buis
L’asymetrie Peut elle être corrigée aussi comme demande Mar
Merci

Répondre à Carolyn

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour madame,
Dans l'absolu oui. Après c'est affaire de cas et les causes d'asymétrie n'étant pas toujours les mêmes, les moyens à utiliser peuvent être différents et le résultat plus ou moins satisfaisant.
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Carolyn  |  visitor  |  Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • 36 réponses
  • 3 J'aime
Bonjour et Merci Dr Buis de votre réponse je comprends.
Bien à vous

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Si les injections de volumes sont réalisées en profondeur, en quantité raisonnable et en l'absence d'un relâchement important de la peau, alors elles peuvent être utiles transitoirement et ne peuvent être néfastes à un futur lifting.

Toutefois, aujourd'hui, par leur facilité de réalisation et les revenus faciles qu'elles permettent, elles sont largement dépassées dans leurs indications et l'on voit de plus en plus de visage "bouffis" avec des pommettes caricaturales au sourire qui sont malheureusement attribués à la chirurgie alors qu'il s'agit uniquement d'injections médicales.

Il ne faut pas perdre de vue que ce type de préoccupation intervient à un âge où la tendance générale est à la prise de poids pour des raisons hormonales .
Si l'on ajoute à cela le fait qu'il n'y a aucune perte de graisse dans la tranche d'âge qui nous intéresse, du seul fait du vieillissement structurel mais une simple descente des volumes secondaire au relâchement initial de la peau, alors ajouter du volume n'est absolument pas logique !
La seule logique est de remonter ce qui est descendu.

Si en position allongée, l'amélioration n'est pas encore significative alors la question de pallier à la descente des volumes vers le bas, responsable d'une perte de soutien, de perte de projection sur le haut des pommettes peut se poser en mettant du volume en haut !

Mais il faut avoir conscience que l'injection de volume de remplacement en haut tout en laissant en le volume en excès en bas et la peau relâchée en excès en place ne peut pas constituer sur le long terme la solution pour rajeunir un visage.

Cette approche facile est aujourd'hui la plus courante cela n'en fait pas pour autant la meilleur.
Elle ne fait que donner un volume que votre visage n'a jamais eu tout en donnant par le comblement des creux, plis et sillons une illusion de rajeunissement.
Aussi, cela peut être une bonne alternative transitoire pour des relâchement limités mais en aucun cas un traitement de fond en tant que tel du vieillissement du visage car s'il est utilisé ainsi il alourdit de plus en plus le visage mais ne le rajeunit pas.

Lorsque qu'un vêtement tombe et fait des plis, il ne viendrait à personne l'idée de bricoler les plis ou de rajouter du volume dessous pour les effacer.
En toute logique, on le remonte et on enlève le tissus en excès à l'origine de sa descente sans toucher au volume sous le vêtement !
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Peut être que le mieux serait de consulter, pour l'instant mon cas le plus jeune est 38 ans !
Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour,
Oui j'ai commencé par des liftings malaires concentriques pendant de nombreuses années avec de très bons résultats mais avec assez souvent des suites longues, trop pour les patientes et parfois des résultats au-delà et des patientes qui avaient pendant longtemps du mal à se reconnaitre.
Constatant qu'en position allongée, toutes les patientes sont rajeunies alors que rien ne s'est passé au niveau du périoste, j'en ai conçu l'idée que décoller le périoste et du coup ne pouvant plus m'attacher dessus, s’amarre à l’os n’étaient peut être pas obligatoires puisque cela était inutile à l’obtention du rajeunissement en position couchée.
J’ai donc commencé à réaliser des gestes sans décollement du périoste et avec donc la possibilité de me fixer dessus.
Concernant la tenue dans le temps, il faut savoir que ce sont essentiellement les accolements des tissus entre eux qui garantissent la pérennité dans le temps du résultat et pas le mode de fixation qui est cependant utile, dans les premiers temps pour que le résultat se maintienne le temps que les accolements se fassent.
Il faut utiliser une prise très large avec une aiguille à pointe ronde pour ne pas cisailler le périoste et la fixation est très nettement suffisante pour maintenir en bonne position des tissus qui sont naturellement remontés SANS tension aucune pour préserver le naturel du résultat.
Aussi dans l’absolu, il est évident que des prises osseuses sont plus solides mais compte tenu de l’absence de contrainte mécanique importante en l’absence de toute tension, en ce domaine plus de solidité n’a aucune utilité.
Par ailleurs, c’est le décollement du périoste qui est de loin l’élément le plus agressif et inflammatoire dans cette chirurgie, responsable des suites particulièrement marquées chez des sujets particulièrement sensibles.
Dans une entorse, la cause de l’œdème est le décollement du périoste et son importance varie avec l’importance de ce décollement.
Dans l’approche sous périostée de ce lifting, c’est la totalité du périoste de la pommette qui est décollée puis sectionnée à sa partie basse pour autoriser la remontée de la graisse descendue en raison du relâchement de la peau. Toutefois, pourquoi remonter le périoste alors qu’il n’est en rien touché par la descente et qu’il ne bouge pas.

Cette approche sous périostée a été décrite alors que toute la chirurgie plastique reconstructrice du visage dans le domaine des MALFORMATIONS était révolutionnée par la chirurgie sous périostée. Aussi il était logique de s’intéresser à ce que pouvait être les apports de cette pratique dans le domaine de l’esthétique et du rajeunissement.
Mais les nécessités, contraintes de la chirurgie esthétique du vieillissement du visage d’une part et celles du traitement des malformations cranio maxillo faciales congénitales importantes ne sont pas de la même nature et en l’occurrence il m’est apparu qu’il y avait non seulement disproportion mais inutilité pour les raisons sus citées.
Donc oui les résultats sont aussi stables dans le temps car ce n’est pas l’accroche profonde qui détermine la durée du résultat (mais son amplitude) mais la qualité de la peau, son élasticité qui au final, comme chez un sujet jeune, constitue le seul moyen de contention des tissus mous remontés.
Ce n’est la qualité de l’attache profonde de la graisse à l’os (qui est la même à priori chez tout le monde (qui va faire qu’à âge égal, telle ou telle personne paraitra plus ou moins jeune) mais la qualité élastique de sa peau, seul moyen de contention à distance de l’os pour lutter contre la gravité et maintenir les volumes hauts pour un visage jeune.
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Pour l'abord sous périosté, les résultats ne durent pas plus longtemps mais comme le périoste est sectionné en bas de la pommette le mouvement d'ascension de la graisse au lieu de se limiter à celui observer lorsqu'on s'allonge, est souvent plus important et c'est la raison pour laquelle les résultats sont parfois exagérés et que pour le coup, les volumes ayant été monté plus haut, ils mettent plus de temps à descendre ce qui peut faire dire que c'est plus durable.

Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 8 réponses
  • 5 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour madame,
Un lifting n’a pas de raison d’etre réalisé jeune.
Les poches finissent toujours à réapparaître un peu car un lifting ne prévient pas le vieillissement à venir mais le retarde.
La Canthopexie n’a pas d’intérêt particulier en chirurgie du rajeunissement.
Cordialement
Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Un médecin expérimenté peut donc juger de la qualité de peau de son ou sa patient(e) pour savoir si sans perte de poids le résultat sera stable?

Malheureusement non pas vraiment.
Tout au plus il peut dire que si l’excès est important par rapport à l’âge ou s’il est vraiment important quelque soit l’âge, alors il y aura une perte de résultat assez rapide avec toutefois maintien d’une nette amélioration.
Les explications sont les suivantes et sont valables pour toutes les chirurgies dans lesquelles des excès de peau sont enlevés avec remise en normo-tension.
Lors du geste chirurgical, il n’est pas question de « tirer » sur la peau car cela peut entrainer :
- En périphérie des déformations (Ectropion par exemple pour la paupière inférieure ou à minima œil rond par traction sur la paupière inférieure).
- Un élargissement cicatriciel,
- Une perte rapide de résultat car tout résultat plastique obtenu au moyen d’une tension excessive sur la peau ( tirer dans un lifting par exemple), ne tient pas dans le temps car la peau est un matériau élastique qui ne peut maintenir une tension au delà de sa tension normale.
Lifter n’est pas « tirer » mais repositionner plus en amont.
Il arrive donc parfois qu’une peau remise en tension «normale », pour éviter les problèmes décrits ci dessus pendant l’intervention, se détende un peu à nouveau après l’intervention ,du fait de son manque d’élasticité au moment de l’intervention et donc de sa faible aptitude à maintenir la nouvelle tension. C’est ainsi !
Cela se traduit par des diminutions visibles de résultats dans les suites chez des sujets porteurs au moment de l’intervention, quelque soit leur âge, d’une peau ayant déjà une élasticité dégradée.
La meilleure des illustrations est qu’un lifting (quel qu’il soit) tient mieux à 55 ans qu’à 65 ans et à fortiori qu’à 75 et la compétence du chirurgien malgré tous ses artifices techniques et son approche conceptuelle n’y changera rien.

Par ailleurs, étant donné que les liftings malaires sont pratiqués depuis quelques années déjà, des études ne sont-elles pas réalisées concernant les "meilleures/bonnes" techniques au regard de la
stabilité des résultats chez les patients voire des ratages.

Non car pour étudier correctement il faudrait pour juger et comparer ce qui est comparable que les interventions soient réalisées sur des patients strictement identiques d’un point de vue génétique et ayant eu les mêmes habitudes de vie (cigarette, exposition solaire) donc même qualité de peau c’est à dire de vrais jumeaux par exemple ce qui ne court pas les rues pour faire une véritable étude.
Dans ces conditions, la seule possibilité théorique serait d’opérer des patients avec une technique d’un côté et une autre technique de l’autre d’une part et leur demander dans les suites pendant 10 ans par exemple de ne pas dormir plus d’un côté que de l’autre.
Tout cela n’est pas vraiment réalisable et votre quête d’absolu trouve ici ses limites.

Un résultat moins stable dans le temps qu’un autre n’est pas un ratage et ce qui est un ratage pour les uns, au regard de leur aspiration, n’en n’est pas un pour beaucoup d’autres.

Peut-on voir par exemple lors d'une consultation et à travers un exemple précis l'évolution du lifting 5/10ans après?
Ce n’est valable que pour un individu donné donc pas d’intérêt.
Le vieillissement suit son cours mais le bénéfice du lifting est présent ?

Oui absolument car ce qui a été retiré n’est donc plus là et ce qui est acquis est définitivement acquis pour autant cela n’empêche pas le court du temps.
Ainsi si vous opérez une patiente de 55 ans et qu’elle en paraît 45 après, lorsqu’elle reviendra par exemple 10 ans après (si sa peau a permis que le résultat dure 10 ans…), elle en paraitra 55 ans (comme elle était dix ans avant) alors qu’elle en a 65 !
Si elle n’avait rien fait, elle ferait ses 65 ans ou plus…

Ne peut-on pas aussi partir du postulat inverse et se dire que la peau se relâche parce que la graisse est tombée ou que Les muscles se relâchent (ce qui revient au même puisque si j'ai bien compris le lifting va agir sur ces deux causes).
Non concernant la graisse : Pour s’en convaincre il suffit de s’allonger et de s’observer dans un miroir pour s’apercevoir que tous les volumes sont là et qu’il n’en manque absolument ( à poids constant bien entendu) et que l’on est parfaitement, naturellement et fidèlement rajeuni.
Non concernant les muscles, car s’ils se relâchaient vous ne pourriez plus avoir de mimiques ou de moins en moins avec l’âge ce qui n’est absolument pas le cas.
Par ailleurs, si la toxine botulique domine depuis maintenant 40 ans le rajeunissement du visage avec un réel bénéfice en terme de prévention (contrairement à toutes les crèmes qui ne sont que des arnaques) sachant qu’elle affaiblit les muscles, c’est bien qu’avec l’âge non seulement les muscles ne se relâchent pas mais au contraire voient leur tonus augmenter ce qui est mauvais et qui nécessite …de les détendre!

Aucun lifting n’agit sur les muscles de la mimique ni sur un quelconque muscle d’ailleurs et l’on comprend bien pourquoi si on veut continuer à sourire naturellement après !
Le malentendu trouve son origine dans l’appellation d’une lame légèrement fibreuse qui se situe sous la peau dans la graisse et qui porte le nom de SMAS pour Systéme MUSCULO Aponévrotique de Surface.
C’est un abus de langage que de dire « Musculo » car il n’y a plus aucune fibre musculaire contractile dans cette formation anatomique depuis peut être 50 000 mille ans ( ou plus ou moins) lorsque nous nous sommes bien différenciés des singes qui nous ont précédé pour qui pour de raisons de mimiques agressives ou autres avaient un muscle vrai là ou aujourd’hui n’existe plus qu’une petite formation plus ou moins fibreuses.
Donc les muscles n’ont aucun intérêt dans les liftings et lorsque vous constatez en position allongée que vous êtes rajeunie c’est pour une SEULE et UNIQUE raison : la remontée de vos volumes SANS aucune tension sur la peau.

Donc la seule chose indispensable et nécessaire pour rajeunir un visage est de remonter les volumes qui sont descendus parce que la peau s’est détendue, raison pour laquelle, les liftings verticaux, comme les autres, sont indispensables au rajeunissement de la région médiane du visage quoique l’on puisse en dire.
Ainsi, quand une chaussette tombe, je persiste à penser malgré l’idéologie dominante actuelle et la facilité qui en découle, qu’il faut la remonter là où la majorité vous dit qu’il faut maquiller les plis en les injectant !!!

Ces lifting malaires ne posent ni plus ni moins de soucis que les autres lorsqu’ils sont réalisés avec une technique adaptée avec des ambitions raisonnables de la part des patients.
En ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, on ne parle souvent que des trains en retard ce qui cache le grand nombre de ceux qui sont à l’heure et on parle souvent de choses qui ne sont pas comparables bien qu’elles portent le même nom.
Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour madame,

Il n'y a pas de mini perforation, c'est un argument marketing pour rassurer !

Soit il y a un trou dans l'os, mini ou pas, soit il n'y en a pas ...le reste c'est de la communication.

Pour ma part, selon mon expérience et je ne prétends pas détenir la vérité, comme je l'ai expliqué plus haut, ce n'est pas la fixation à l'os ou au périoste qui détermine la durabilité du résultat, mais comme dans tous les liftings, l'élasticité restante au niveau de la peau lorsque le lifting est réalisé.

En effet, s'il s'agissait de l'attache haute (périoste ou os), non seulement la technique avec trou dans l'os serait la plus efficace mais surtout comme l'attache dans l'os persiste jusqu'au décès du patient alors logiquement on devrait s'attendre, si c'est l'attache haute le point clef, à ce que le résultat tienne indéfiniment comme l’attache dans l’os, hors il n'en est rien!
C'est bien la preuve évidente que l’attache à l'os ou l’attache au périoste n'est en aucun cas l'élément décisif dans la durabilité du lifting.

Concernant l'étalement des poches, je ne peux vous répondre car je ne pratique pas cette intervention qui me parait être une construction de l'esprit.

Lorsque que vous vous allongez et que vous notez que les poches ont disparu ou sont considérablement améliorées, ce n'est pas parce qu'elles se sont étalées ou qu’elles se sont envolées mais principalement parce que le creux crée par la descente du volume de la pommette sous le volume de la paupière inférieure se comble avec la remontée de la pommette dans cette position.

Dans ces conditions, deux situations se présentent en pratique dans l'attitude à avoir vis à vis des "poches" :

- Si la patiente vous dit que par le passé, elle présentait déjà des poches (donc des poches vraies par excès structurel de graisse dans la paupière inférieure d'origine familiale dirons nous) et que celles-ci se sont progressivement accrues (en fait c'est le creux qui se crée dessous par descente progressive de la pommette qui donne l'illusion qu'elles augmentent), alors il est légitime de les enlever pendant le geste de remontée, de lifting vertical médian de la pommette car il existe depuis le plus jeune âge un excès véritable.

- Si à l'inverse, il n'y avait pas de poche par le passé, alors il s'agit de « pseudo poches » dans la mesure où il ne s'agit pas d'un excès structurel qui serait apparu dans la paupière inférieure avec le temps, mais d'un creux qui se crée sous celle-ci avec la descente de la graisse de la pommette sous la paupière inférieure et qui donne l'illusion d'une poche ce qui explique pourquoi elle disparait en position allongée.

Il s'agit là d'une aide au diagnostic, d’un modèle, pour ne pas enlever de la graisse dans des paupières inférieures qui n'en présentent pas en excès de manière structurelle alors que le traitement adapté, vérifié par l'observation en position allongée, consiste à remonter la graisse descendue au niveau de la pommette suite au relâchement initial de la peau dans le cadre du processus de vieillissement.

Si dans cette configuration, il s'avère que en position allongée, les "poches" ne sont pas totalement effacées, alors ne soyons pas dogmatiques ni prisonnier du modèle, le mieux est de s'adapter et d'enlever un petit peu de graisse dans les paupières inférieures.

Une fois compris ce mécanisme de creux par descente du volume de la pommette, il est facile de comprendre que sauf à vider complètement la paupière inférieure de sa graisse ce qui va considérablement et définitivement modifié le regard et squelettiser l’orbite donc le vieillir, ces poches reviendront toujours dans le temps.
En effet, comme la pommette remontée ou non descend quoi qu'il arrive, le creux que l'ablation de poche aurait supprimé en enlevant l'excès de relief en haut, ou le creux qu'aurait supprimer le lifting de la pommette en remontant celle-ci, finira toujours par revenir et avec lui les pseudo-poches car tout nos volumes ne tiennent que par la peau qui les maintient en surface et cette peau perd inexorablement son élasticité donc son aptitude à maintenir haut les volumes, raison pour laquelle nous vieillissons.
Cordialement
laurence13  |  visitor  |  Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • 26 réponses
  • 7 J'aime
Bonjour Dr Buis,
la précision extrême de vos réponses m'impressionne toujours et me rassure vraiment.
Christine  |  visitor  |  Occitanie
  • 32 réponses
  • 15 J'aime
Bonjour,
Vous connaissez parfaitement Les tenants et aboutissants de toutes les solutions liftings, c est très rare de rencontrer des personnes autant qualifiées.
Dommage que vous soyez si loin.
Que pensez vous des traitements Ultherapie qui soit disant booste Le collagène et régénère les tissus ? Y a t il de réels résultats ? Que pensez-vous des gélules de collagène à avaler pendant 8 mois ? Quels compléments alimentaires conseillerez vous de prendre pour entretenir et ralentir les ravages du temps ?
Un grand Merci d avance Docteur. pour vos réponses objectives et fondées .

Répondre à Christine

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1093 réponses
  • 651 J'aime
Bonjour madame,

"Que pensez vous des traitements Ultherapie qui soit disant booste Le collagène et régénère les tissus ?"
= Aucune étude réalisée dans des conditions scientifiques " double aveugle et indépendante des acteurs financiers liés à cette technique" n'a été réalisée. Dans ces conditions, il n'existe pas la moindre preuve indépendante du moindre début d'efficacité.

Pour rajeunir un visage, il faut à 99 % remonter les volumes et pour le 1 % restant enlever la peau en trop qui apparait en excès une fois les volumes remontés. Il suffit pour cela de s'allonger et d'observer.
Lorsque l'on voit l'importance du déplacement des volumes et l'excès de peau en trop à enlever ( voir photos ci jointes une fois les volumes remontés et avant d'enlever la peau en excès) qui sont nécessaires pour rajeunir un visage, il est évident que cela ne peut pas marcher u compris pour des formes débutantes.

Y a t il de réels résultats ?
Toutes les patientes que j'ai pu personnellement voir et prendre en charge après cette étape initiale n'ont strictement rien observé de positif. Pour les autres, il faudrait leur demander !

Que pensez-vous des gélules de collagène à avaler pendant 8 mois ?
Marketing destiné à consommer uniquement.

Quels compléments alimentaires conseillerez vous de prendre pour entretenir et ralentir les ravages du temps ?
Aucun complément, aucun produit de "beauté", manger correctement, dormez bien, ne fumez pas, n'abusez pas du soleil, écarter les personnes et les situations toxiques et votre peau fera le reste pour ralentir l'effet du temps qui passe tout en vous faisant faire de sérieuses économies qui ne profiteront qu'a vous, raisons pour laquelle personne ne vous propose de mettre en oeuvre ces solutions qui n'enrichissent que vous!

La seule solution est à venir, elle sera du domaine de la prévention par des manipulations génétiques pour une action sur l'ensemble des gènes qui codent contre le vieillissement cellulaire.

Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 15 réponses
  • 10 J'aime
Nous avons supprimé cette publication sous la loi d'effacement.
Parker  |  visitor  |  Île-de-France
  • 45 réponses
  • 19 J'aime
Pour en savoir plus question au chirurgiens : est-ce que le lifting malaire , que ce soit sous ou sus périoste est équivalent aux techniques us de midface lift, cheek lift, dont j'ai lu que la procédure , se faisait par" endoscopie" ?Est-ce que vous connaissez sinon ces procédures et avez un avis dessus ?

D'autres recommandations similaires

Interventions connexes

Blépharoplastie inférieure

91% satisfaction. Basé sur 123 témoignages de patients.

Spécialistes près de chez vous