Rhinoplastie fonctionnelle

De nombreuses personnes viennent consulter pour des problèmes respiratoires liés à un problème nasal. Ces problèmes peuvent exister sans aucune cause préalable. Ils peuvent également être secondaires à un traumatisme du nez ou bien encore à une opération du nez.

Ces problèmes de respiration nasale doivent en premier lieu être diagnostiqués par un examen clinique complet, avec un interrogatoire concernant les différents troubles associés à la gêne respiratoire, un examen de l’intérieur du nez avec un speculum et éventuellement un nasofibroscope. Des examens cliniques concernant la respiration nasale sont faits sans et avec décongestionnant nasal. D’autres examens complémentaires pourront être prescrits (tests respiratoires, rhinomanometrie, scanner, test allergologiques…) :

Une fois le diagnostic effectué, un traitement soit médical, soit chirurgical, soit mixte est proposé. Il est essentiel de comprendre que de nombreux facteurs impactent sur la respiration nasale, et le fait de corriger l’un de ces facteurs ne signifie pas que la respiration sera obligatoirement significativement améliorée.
En ce qui concerne le traitement chirurgical, de nombreux gestes peuvent améliorer la respiration nasale :

girl 1770829 1280

1. La septoplastie 

Le principe des septoplasties est de corriger les déviations de la cloison nasale en remettant droite l’ensemble de la cloison et en la stabilisant en rectitude.
La cloison nasale est ce que l’on sent lorsque l’on met les doigts dans le nez. Elle est le pilier central du nez, composé de cartilage à l’avant et d’os à l’arrière. Toute déviation de ce pilier peut avoir une conséquence sur :

L’esthétique du nez : l’axe du nez peut être dévié, un creux peut apparaître sur le milieu du nez, une rétraction de la columelle (peau entre les orifices narinaires) en cas de déviation de la cloison nasale. Par ailleurs cette déviation peut occasionner des asymétries sur la pointe du nez ou le dos du nez, avec deux profils ou deux aspects obliques différents du nez.

La respiration nasale : les déviations de cloison peuvent obstruer un ou les deux orifices narinaires. Elles peuvent altérer la dynamique de la respiration nasale en modifiant le flux respiratoire.

Par ailleurs, des déviations de cloison peuvent provoquer des migraines, notamment lorsque la cloison vient toucher la tête du cornet inférieur ou moyen. Il est ainsi possible de corriger certaines migraines en remettant la cloison droite

La chirurgie de la cloison est parfois complexe, selon le type de déviation septale, puisqu’il s’agit de remettre la cloison droite et d’éviter qu’elle ne se déplace ensuite. Certains risques inhérents aux septoplasties peuvent être évités par l’utilisation d’instruments piézo-électriques (on parle alors de septoplastie ultrasonique). L’utilisation des ultrasosns permet notamment de réduire les risques de perforation de cloison, d’instabilité de cloison, de fracture radiée avec ses risques très rares d’atteinte de l’olfaction et de fuite de liquide cephalo-rachidien.

Pour terminer, remettre la cloison droite est le préalable de toute rhinoplastie ou septo rhinoplastie, afin d’éviter des asymétries du nez.

2. La turbinectomie / turbinoplastie

Les cornets sont des organes situés à l’intérieur des fosses nasales, sur leur paroi externe. Ils jouent un rôle important dans la respiration nasale, dans l’humidification de l’air inspiré et la régulation des flux d’air. Dans certains cas, ces cornets deviennent particulièrement gros. Ils peuvent alors modifier le flux respiratoire. Il convient alors de faire la part de la partie qui est trop proéminente, afin de corriger électivement le problème : il peut s’agir de la muqueuse, de l’os, de la position du cornet, de la présence d’une cavité aérique en son sein (concha bullosa).

L’examen clinique, mais également le scanner, sont les procédés de diagnostic les plus habituels.

Là encore, le traitement est soit médical, soit chirurgical, soit mixte. Le traitement chirurgical consiste soit à retirer un fragment du cornet, notamment la tête du cornet (partie la plus antérieure), soit à affaiblir la composante osseuse des cornets ou à repousser le cornet vers l’extérieur, soit enfin à se faire rétracter la muqueuse.

3. La chirurgie des valves

Les valves nasales correspondent à toute la zone de peau située entre la cloison nasale et les os, donc toute la partie basse et latérale du nez. Cette zone est souvent impliquée dans des mauvais fonctionnements de la respiration nasale. La peau est maintenue par les cartilages du nez : selon la force, la forme et la position de ces cartilages, cette zone des valves est plus ou moins bien maintenue. Un mauvais fonctionnement des valves nasales est fréquemment en cause dans les problèmes de respiration nasale. Il l’est encore plus dans les difficultés respiratoires à la suite de rhinoplasties.
Comme pour tout problème respiratoire, un diagnostic précis de ce dysfonctionnement valvaire doit se faire cliniquement par différents tests globaux puis spécifiques à chaque valve. Des tests respiratoires et une rhinomanométrie peuvent compléter ce bilan.

Le traitement des insuffisances valvaires est chirurgical : il consiste à renforcer les valves déficientes le plus souvent par l’utilisation de greffons cartilagineux. Certains procédés de suspension ou de sutures des cartilages peuvent également être proposés. Cette chirurgie est très spécialisée, plus que celle du septum ou des cornets, et nécessite de faire appel à un expert.

4. La chirurgie de l’orifice pyriforme

Dans certains cas plutôt rares, la forme de l’orifice osseux sur lequel le nez est posé peut altérer le flux aérien nasal. Dans ces cas, un agrandissement de cet orifice est souhaitable et se réalise avec des instruments piézo-électriques ou rotatifs

En conclusion, les problèmes de respiration nasale sont fréquents. Leur traitement est soit médical, soit chirurgical, soit mixte en fonction de leur cause. Il est essentiel de bien les dépister avant toute rhinoplastie, pour éviter de les majorer après une opération. Les techniques actuelles de rhinoplastie structurelle ont permis de fortement diminuer ces troubles respiratoires après rhinoplastie. La rhinoplastie et septoplastie ultrasonique sont un plus qui permet de diminuer les risques opératoires. Enfin il est essentiel de choisir un chirurgien connaissant parfaitement les différents aspects esthétiques et fonctionnels de la chirurgie du nez afin d’éviter des problèmes esthétiques ou respiratoires consécutifs aux rhinoplasties.

publié: 16.12.2016

Discussion sur le thème

  • 21 réponses
  • 17 J'aime
Ambre Houd  |  Ile-de-France
  • 21 réponses
  • 17 J'aime
 |  Ile-de-France
Merci Docteur Gerbault pour votre article
  • 1 réponses
BenoîtG  |  Ile-de-France
  • 1 réponses
 |  Ile-de-France
Orifice piriforme ou pyriforme ?