Réduction mammaire, réduction de la poitrine

Ça vaut en la peine 98% Ça vaut en la peine Basé sur 890 témoignages de patients

La réduction mammaire est une opération hautement valorisante pour une patiente qui souffre de dorsalgies et d’un complexe permanent en société, au sport ou sur les plages. Les enquêtes rétrospectives démontrent près de 95% de satisfaction en post opératoire! L’opération peut être pratiquée très tôt dans les cas de gigantomastie post pubertaire.

En France, la prise en charge par la Sécurité Sociale est effective si l’ablation égale ou dépasse 300gr par côté.
Une consultation chirurgicale préalable est indispensable, afin d’évaluer chaque cas individuel, d’expliquer la technique choisie et d’informer sur les avantages de l’intervention mais aussi sur les éventuelles complications.
Chez la femme adulte, une échographie et une mammographie numérisée de dépistage seront systématiquement demandées pour éliminer toute lésion suspecte ou tumorale.

Indications

  • Hypertrophie mammaire juvénile
  • Trop Volumineuse poitrine de la femme ménopausée
  • Asymétrie mammaire avec hypertrophie unilatérale
  • Certains seins tubéreux trop lourds
  • Symétrisation du sein sain trop gros après cancer mammaire contro_latéral
  • Ptôse mammaire avec hypertrophie associée

Déroulement de l’opération

Avant l’intervention

  • Stabiliser son poids
  • Vérifier si mammographie récente après 30 ans
  • Consultation d’anesthésie obligatoire 48h avant
  • Arrêter les anticoagulants et l’aspirine quelques jours avant

Description de l’opération

  • Dessins préopératoires au bloc en position debout ou assise
  • Discussion ultime concernant les souhaits de volume de la patiente
  • Anesthésie générale préférable à la locale dans les formes importantes
  • Infiltration de lidocaïne adrénalinée diluée pour diminuer les saignements
  • Sculpture de la glande mammaire, selon un « patron » propre à chaque praticien ; la survie de la glande restante peut être assurée par des artères dans un pédicule supérieur, très fiable, inférieur ou parfois postérieur ;
  • Redrapage de la peau, de diverses manières ; les cicatrices finales sont actuellement les plus courtes possibles, parfois purement verticales sous mammaire et péri aréolaires, parfois en petit T inversé ; la ptôse est corrigée de cette façon ;
  • Sutures cachées et si possible résorbables en plusieurs étages
  • Drainage éventuel pour 24H
  • Pansements protecteurs minimaux faciles à enlever

Durée opératoire

  • 1 heure 30 à 3heures si difficile !

Convalescence

  • Hospitalisation ambulatoire pour les cas légers, sinon 48h en moyenne ;
  • Douleurs post op : prescription d’antalgiques
  • Pas de nécessité de transfuser dans les cas habituels
  • Mobilité vite retrouvée (48h)
  • Conduite automobile possible à j+8
  • Contrôle tous les 8jours au cabinet
  • Sport et activités piscine autorisées à la 6è semaine

Durée de l’incapacité de travail

  • 15 à 21 jours

Signes visibles de l’opération

  • Ecchymoses durant 18 jours
  • Gonflement 15 jours
  • Tension cutanée = 21 jours
  • Cicatrices rouges pendant 2 mois, plus si tendance chéloïdienne

Effets post opératoires

  • Sensation de bien-être, de renaissance
  • Redressement du dos voûté (aidé par séances de kiné)
  • Satisfaction et changement progressif des tenues vestimentaires et du maillot de bain !
  • Reprise de l’auto-assurance

Durée des résultats de l’opération

  • Résultat en général stable pendant 20 ans
  • Peu de modifications si pas de variations pondérale
  • Possibilité de récidive de l’hypertrophie chez la jeune fille opérée avant 16 ans, par reprise d’accroissement de la glande
  • Modifications péri-ménopausiques possibles (transformation graisseuse avec augmentation de volume, ou au contraire fonte glandulaire avec seins trop petits et vidés !)
pred po
Avant l'opération Après 45 jours

Complications

  • hématome expansif (réopérer vite),
  • infection (fièvre + rougeurs + écoulement, à nettoyer),
  • rejets de fils sous cutanés = petits abcès locaux à gérer par soins infirmiers
  • asymétrie résiduelle (liposuccion d’ajustement possible),
  • À long terme si les seins regrossissent ou retombent, une reprise chirurgicale sera envisagée ;
  • cicatrices laides (2% des cas) élargies (à reprendre), hypertrophiques ou chéloïdes justifiant un traitement dermatologique spécifique

Comment éviter les complications ?

  • maigrir un peu avant l’opération
  • respecter les consignes du chirurgien choisi
  • accepter le suivi postopératoire sérieux et rigoureux
  • signaler vite tout problème, écoulement, douleurs, ou anomalie que vous percevez

Comment accélérer la récupération ?

  • se mobiliser dès le réveil
  • se motiver pour ne pas rester enfermée
  • suivre une bonne hygiène alimentaire en post op (alcool, sucres, chocolats, tabac, addictions) sont préjudiciables
  • garder le contact avec son chirurgien
  • faire très proprement le changement des pansements si nécessaire, soi-même !
  • éviter la douche à l’eau du robinet sur les plaies si eau contaminée, pendant une quinzaine de jours

Contre-indications

  • hypertrophie alléguée et non réelle
  • asymétrie modérée à traiter autrement (prothèse unilatérale, liposuccion d’un sein graisseux, lipofilling avant 35 ans pour augmenter le côté trop petit)
  • ptôse prédominante sans hypertrophie (opération devenant alors purement esthétique)
  • vergetures isolées
  • sein tubéreux de volume satisfaisant

Conclusion

  • la réduction mammaire pour hypertrophie, ptôse ou asymétrie est une remarquable opération réparatrice et esthétique !
  • respecter les indications et les contre-indications
  • ne pas faire de la chirurgie esthétique pure au lieu de réparatrice pour être à tout prix remboursée (seins un peu trop gros mais n’entraînant pas de conséquences vertébrales douloureuses)
  • choisir son chirurgien en fonction de ses talents mais aussi sur l’information et le suivi que l’opération nécessite (danger de la chirurgie touristique !)

publié: 26.06.2014

Spécialistes près de chez vous   

Interventions envisagées par les autres