Un lipofilling pour remontrer la pommette ou une prothèse ?

Le forum de discussion ne remplace en aucun cas une consultation personnelle au cabinet du médecin.

Un lipofilling pour remontrer la pommette ou une prothèse ?

Yass_-24  |  visitor  |  Bretagne
  • 8 réponses
  • 1 J'aime
Bonjour tout le monde j'hésite a faire une lipofilling pour remontrer la pommette ou une prothèse Qui pourrait me dire qui est la mieux et la durée de la lipofilling merci bien
Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1220 réponses
  • 742 J'aime
Bonjour madame,
Pouvez vous me dire quel est votre âge?
Cordialement
Utilisateur supprimé
Utilisateur supprimé  |  visitor
  • 1 réponses
La publication a été supprimée sous la loi d’effacement.

Répondre à Utilisateur supprimé

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1220 réponses
  • 742 J'aime
Bonjour madame,

Ma question à propos de l’âge a pour objectif d’évaluer la pertinence d’un geste de lifting, c’est-à-dire de remonter des tissus descendus.
La perte d’élasticité de la peau et sa conséquence la descente des volumes sont plus précoces, plus importantes chez certain(es), plus tardives et modérées chez d’autres.
L’âge donne ainsi une première information sur la possibilité de l’existence d’une telle descente par relâchement et de son éventuelle correction par voie de lifting.

Il arrive parfois que ce relâchement et cette descente soient avancés par une perte de poids récente. Aussi, faut-il s’intéresser également à une possible amaigrissement récent.
Enfin, il faut observer si en position allongée, mimant l’action d’un lifting, l’action de la gravité se modifiant, si une réelle amélioration est visible ou non.

De fait, si l’âge donne une première indication, celle-ci n’est pas gravée dans le marbre dans la mesure ou certaine peau perdre de manière importante et précoce leur élasticité.
Si la patiente est effectivement un peu jeune sur le papier pour affirmer l’indication d’un geste de lifting, il faut poser la question de l’éventuelle perte de poids et celle de l’amélioration visible ou non en position allongée.

Si une perte de poids récente est survenue avec une perte de volume, elle peut avoir décompensée l’élasticité de la peau et entrainé une descente des tissus.
Si cela est le cas, l’idéal serait la reprise du poids pour faire disparaitre la descente et cet aspect fatigué.

Si ce n’est pas le cas, alors se pose la question de l’amélioration en position allongée.
Si celle-ci est réelle et bien visible, alors l’indication du lifting peut être posée.
Si celle-ci n’est pas bien visible, alors l’indication de lifting ne peut pas être retenue et une solution alternative comme l’acide hyaluronique peut être évoquée.

Ainsi, ce n’est pas juste l’âge qui peut être en cause dans le choix final de l’acide hyaluronique plutôt que celui du lifting.

Toutefois, il est toujours difficile pour un chirurgien qui connait les aléas de la chirurgie de proposer une chirurgie classiquement décrite pour des patientes plus âgées à des patientes plus jeunes dont les revendications apparaissent de nature sensiblement différente au travers des mots utilisés pour décrire la problématique.

Chez les patientes moins jeunes, le simple constat de l’apparition de signes du temps apparait comme plus banal et du coup la chirurgie apparait comme plus habilitée à prendre en charge le problème posé qui n’est à l’origine d’aucun complexe ni de vie gâchée.


Chez les patientes plus jeunes, c’est l’aspect psychologique qui semble dominer avec les notions de complexe et de vie gâchée dont l’expérience montre que la chirurgie n’est pas le plus souvent la meilleure approche en particulier lorsque vu de l’extérieur, la nature de la complainte semble être plus importante que le problème physique observé.

Dans ces conditions, il arrive assez fréquemment que la patiente soit insatisfaite du résultat de l’intervention et devienne une source de problème dans le contexte juridique Français pour le chirurgien qui a donné suite à sa demande et ce même en dehors de tout problème technique, simplement parce que la chirurgie n’est pas suffisante à appréhender le problème dans toute sa complexité.

Il me semble, cela n'est que mon approche, que c’est dans cette direction qu’il faut aller pour trouver les raisons de ce changement de prise de position de la part des chirurgiens en général face à des demandes dans lesquelles une dimension psychologique apparait comme occupant l’essentiel de la demande.

Cordialement
fbm75005  |  visitor  |  Île-de-France
  • 8 réponses
  • 3 J'aime
Bonjour! Moi j ai une prothese.. depuis 20 ans. Aucun probleme.
Yass_-24  |  visitor  |  Bretagne
  • 8 réponses
  • 1 J'aime
Prothese au pomette ? Elle se déplace pas ? Elle tombe pas ?
Claire  |  visitor  |  Île-de-France
  • 2 réponses
  • 1 J'aime
Bonne question.Pour ma part j envisage un lifting malaire pour la remontée des pommettes mais je ne suis pas encore décidé pour la technique à utiliser. J ai consulté un chirurgien qui m a préconisé un malaire concentrique en m expliquant que seul un décollement sous perioste avec fixation osseuse assurait une tenue du résultat. Il m a clairement dit que la technique sus perioste pour les pommettes ne tenait pas dans le temps. Néanmoins cette technique est assez traumatique (il m a dit qu on pouvait même la pratiquer jeune qd on souhaite modifier la forme des pommettes et les avoir plus hautes.). Néanmoins je suis ce forum depuis quelques temps et à en croire le docteur Buis, la voie sus perioste est possible aussi et tient ds le temps. Cependant aucun des chirurgiens contactés en province n utilisent cette technique. Certains proposent une remontée des pommettes lors d un Macs lift mais ds mon cas je veux juste remonter les pommettes. Aussi, je m adresse au docteur Buis. Pouvez-vous nous dire pourquoi votre technique (qui semble moins traumatisante pour les tissus) n est-elle quasiment pas utilisée ? Offre-t-elle un résultat stable pdt quelques années? Formez-vous des chirurgiens à cette technique? Si on suit vos explications sur le forum elle devrait être choisie plus souvent...
Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1220 réponses
  • 742 J'aime
Bonjour madame,

Historiquement, la voie sus périoste a été utilisée bien avant la technique sous périoste car cette technique récente n’existait pas.

C’est un fameux chirurgien Français aujourd’hui décédé qui l’a mise au point dans les années 80 pour traiter des …malformations de la face avec comme objectif de repositionner des éléments anatomiques que la nature n’avait pas correctement agencés.

Il a ensuite proposé cette technique que lui seul maitrisait dans le domaine de l’esthétique ce qui lui a conféré compte tenu de sa grande notoriété un avantage décisif sur la concurrence et cet abord sous périoste a balayé l’ancienne approche sus périoste qui est tombé en désuétude alors qu’elle fonctionnait très bien parce que parfaitement adaptée au problème posé…
Ah la mode !

A-t-il eu raison sur le fond ?
L’exemple du lifting de la chanteuse Sheila, démontre que non car personne n’a reconnu son visage car celui-ci avait changé. Dans ce lifting appelé mask lift, il y a un décollement étendu du périoste de la pommette comme dans le concentric malar lift.
L’abord sous le périoste a pour objectif de changer une anatomie, comme vous le citez vous-même, puisque l’on peut l’utiliser lorsque l’on veut changer des pommettes chez une femme jeune par exemple pour les avoir plus hautes.
En chirurgie du rajeunissement, il n’y a pas de malformation à corriger mais uniquement des volumes à remonter et de la peau en excès à enlever à l’origine de la descente des volumes avec comme objectif le résultat le plus naturel possible.

Lorsque qu’une patiente présente cette descente des volumes avec les signes de vieillissement qu’elle entraine, si elle s’allonge la tête légèrement en bas, tous ces signes disparaissent et le visage est rajeuni de manière fidèle et naturel.
Dans cette position allongée, pour obtenir ce rajeunissement le périoste s’est-il décollé ? Non. La peau est-elle tendue : Non. De la graisse a-t-elle été apportée (autre phénomène de mode) ? Non !

En résumé, décoller le périoste peut positionner ailleurs, plus haut une pommette, oui et l’abord sus périoste ne le peut. Dans ces conditions, si l’objectif est juste de repositionner les volumes là où ils se situaient, l’abord sus périosté est suffisant car il reproduit les mouvements anatomiques observés en position allongés et qui concourent au rajeunissement naturel et fidèle observé.

Si l’abord sous périoste peut se targuer d’une plus longue durée, c’est parce qu’il peut positionner plus haut le volume, là où il n’a jamais été, au point que certaines patientes mettent parfois lors des gestes excessifs (impossible en abord sus périoste) des années à retrouver leur visage car il a été modifié et pas uniquement « rajeuni ».

Étant positionné plus haut, il est normal qu’il mette plus de temps a descendre, oui !Mais le visage risque de changer et la très grande majorité des patientes de ne souhaitent pas.

Aussi si l’objectif est simplement de repositionner les volumes là où ils étaient par le passé et non de les monter plus haut (ce qui implique de décoller et de sectionner le périoste) alors pourquoi aller décoller le périoste ?

Au final c’est la peau qui maintient l’ensemble et c’est son élasticité qui donnera sa durée au résultat de l’intervention et non le décollement, sauf si celui-ci aboutit à un positionnement anormalement haut par rapport au passé. Le périoste n’est absolument pas en cause, il est inchangé avec le temps !

Pour ces raisons historiques, très peu de chirurgiens font encore aujourd’hui des abords sus périosté mais à ma connaissance encore moins des abords malaires sous périosté techniquement plus compliqués à maitriser (j’en ai fait pendant de nombreuses années).

La grande majorité des chirurgiens est paralysée dans cette région par le risque de l’œil rond et préfère essayer (ce qui n’est pas possible) de remonter les pommettes en tirant sur les tempes donc en restant bien à distance des paupières inférieures, donc à distance d’un bon résultat mais aussi de l’œil rond qui n’est pas une fatalité mais une simple erreur de gestion d’ordre technique.

Pourquoi en Asie, les notions d’âme et celle de paradis n’existent pas alors qu’elles sont à la base de la civilisation Indo Judéo Chrétienne ? Pourtant, dans les deux cas, il s’agit d’hommes et de femmes anatomiquement identiques au parcours de vie semblables.
Curieusement, leur spiritualité n’a pas évolué de manière identique mais de façon quasi opposée.
De la même manière pourquoi tel chirurgien fait ceci alors que tel chirurgien fait cela ?
Il y aurait tant à dire mais au final, chacun ayant un cerveau différent et s’agissant d’activité humaine, pourquoi des esprits différents feraient-ils la même chose ?
Pour vous rassurer, oui peut être ?
Il n’y a pas de vérité, soyez en certaines, juste des opinions et il faut faire avec cela.
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Claire  |  visitor  |  Île-de-France
  • 2 réponses
  • 1 J'aime
Merci pour votre réponse.
Néanmoins, ici on ne parle pas de spiritualité mais de science et de choses qu on peut connaître observer et appréhender :-) Si la voie sus perioste permet d obtenir des résultats en étant moins traumatisante il semblerait logique que plus de chirurgiens s y forment et la proposent plutôt que d injecter à tout va. Je suppose qu il y a des congrès, des études, des formations d étudiants comme dans toute discipline... Formez-vous vous mêmes des etudiants à votre technique sus perioste (en êtes-vous l inventeur?)?

Par ailleurs, proposez vous des chirurgies d embellissements (remonter des pommettes basses) et non pas de rajeunissement via un concentrique (ou l avez-vous totalement abandonné) ?

Merci pr vos réponses

Répondre à Claire

Dr Jacques Buis  |  Premium member  |  Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  |  Paris
  • 1220 réponses
  • 742 J'aime
Bonjour madame,
Je comprends votre avis de profane et votre désir de tout bien organiser.
De même qu’en matière de spiritualité, il existe des écoles de pensée, en chirurgie comme dans tous les autres domaines d’activité humaine, il existe des écoles qui ont la particularité, sauf sur des sujets fort limités, d’aboutir à des conclusions différentes bien qu’elles soient confrontées aux mêmes problèmes.
C’est votre conception de la science, partagée en toute logique par le plus grand nombre, qui vous amène à cette incompréhension.
Je n’ai pas inventé cette technique qui existait avant même que je naisse, les premiers liftings ayant été réalisés au début du XX siècle.
Quant à former des chirurgiens, il est difficile d’agir sur l’opinion Générale lorsqu’on est seul et que cette opinion est régie essentiellement par des phénomènes de mode et des contraintes économiques.
Il est par ailleurs possible qu’au final j’ai tord mais à ce jour mon expérience semble me dire que non.
Ainsi, je ne dirai pas que cette méthode est meilleure mais qu’avec elle, j’ai raison à côté des autres.
Votre erreur, je crois est due au fait que vous aimeriez que la chirurgie obéisse à des règles naturelles comme les mathématiques et à des lois physiques comme la physique mais même dans ces domaines de SCIENCE des querelles et erreurs peuvent persister des siècles ...comme l’histoire des sciences ne cesse de le démontrer.
Cordialement

Répondre à Dr Jacques Buis

Mar  |  visitor  |  Île-de-France
  • 18 réponses
  • 2 J'aime
Bonjour, oú peut-on trouver des chirurgiens qui travaillent en sus perioste au niveau de la pommette? Quand l attache proposee est temporale la voie est-elle sus perioste?

Consultez un spécialiste dans le domaine : Lipofilling ou autogreffe de tissu graisseux.

Dr Navid Alizadeh
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, Genève, 17 ans de pratique

D'autres recommandations similaires

Lipofilling ou autogreffe de tissu graisseux - Vidéos associées

Spécialistes près de chez vous