Le lipofilling mammaire en augmentation mammaire

Ça vaut en la peine 93% Ça vaut en la peine Basé sur 42 témoignages de patients

Le lipofilling mammaire est la seule technique réellement concurrente des prothèses en augmentation mammaire. Les résultats sont excellents dès lors que l’augmentation souhaitée est modérée. Les bénéfices de l’augmentation mammaire s’ajoutent à ceux de la lipoaspiration de la zone donneuse. Par ailleurs, le lipofilling mammaire peut s’associer aux prothèses afin d’éviter certains problèmes liés aux prothèses. Mais le cadre de cette opération est rigoureusement défini, et il est important de s’y tenir.

prsa1

Les augmentations mammaires par prothèses existent depuis plus de 50 ans pour corriger des hypotrophies mammaires, des asymétries mammaires, des ptôses mammaires (associées parfois à un remodelage mammaire), des malformations mammaires… La technologie des prothèses a évolué dans le temps, de sorte que les prothèses actuelles de 5ème génération en gel de silicone cohésif ont une durée de vie importante et une grande fiabilité. Il n’est notamment plus nécessaire de les changer systématiquement tous les 10 ans, et seul un contrôle clinique et radiologique régulier est nécessaire. Par ailleurs, un choix adapté des types de prothèses mammaires, de positionnement de celles-ci permet dans de nombreux cas d’avoir un résultat très naturel.

Cependant, les prothèses mammaires restent un corps étranger qui peut dans certains cas être très perceptible (notamment chez les femmes très fines, qui ont très peu de glande mammaire). Les femmes peuvent parfois être gênées par la perception des bords des implants, de plis palpables ou visibles en périphérie des prothèses, de la sensation un peu trop ferme de la poitrine, de mouvements peu naturels de la poitrine lors de certains gestes…

Le lipofilling mammaire peut s’associer à l’augmentation mammaire par prothèses, afin de diminuer la taille des implants à positionner. Des prothèses moins volumineuses seront moins perceptibles, avec moins de risque de visibilités des bords prothétiques ou de visibilité de plis. De plus, des prothèses plus petites peuvent parfois être mises devant le muscle, là où des implants plus volumineux auraient dû être positionnés derrière. Par ailleurs, le lipofilling mammaire peut amplifier la zone du décolleté chez des femmes minces sans avoir alors à utiliser des prothèses larges qui feraient obligatoirement « faux ».

Principe du lipofilling mammaire

Le lipofilling des seins est une technique qui n’est utilisée de façon routinière pour augmenter la poitrine que depuis quelques années. Le principe de l’intervention est de prélever dans un premier temps de la graisse dans les zones où elle est un peu excédentaire : ventre, hanches, cuisses, genoux, jambes, bras… Cette graisse est alors « purifiée » de façon à ne garder que les cellules graisseuses qui seront réinjectées au niveau de la poitrine à différents niveaux de façon à ce que ces cellules persistent durablement à l’endroit où elles ont été injectées.

Lorsque la peau est particulièrement tonique, qu’elle n’a jamais été distendue par des grossesses ou des variations pondérales, il peut être nécessaire de distendre préalablement la peau mammaire par un système d’expansion externe dénommé le BRAVA. Il s’agit de garder un système de ventouses sur la poitrine pendant au moins la moitié de la journée durant les quelques semaines qui précèdent l’intervention. La peau mammaire ainsi distendue se prête beaucoup mieux à une augmentation par lipofilling, et un volume plus conséquent de graisse peut être injecté.

Contre-Indications du lipofilling

  • Toute femme qui présente des facteurs de risque personnels ou familiaux de cancer du sein doit être exclue de ce procédé, du fait du recul encore insuffisant de cette technique.
  • Toute femme qui ne peut pas être suivie régulièrement par son chirurgien et qui n’accepte pas les contraintes du suivi mammographique de cette technique doit être exclue de ce procédé.
  • L’absence de graisse significative à prélever est bien sûr une contre-indication de fait.

Indications du lipofilling mammaire

  • Hypotrophie mammaire.
  • Traitement d’un décolleté vidé (associé ou non à des prothèses).
  • Asymétrie mammaire avec nécessité d’augmenter au moins un côté.
  • Malformations mammaires avec hypotrophie mammaire (seins tubéreux…).
  • Ptôse mammaire avec perte de volume mammaire (un geste de redrapage du sein est souvent associé).
  • Remplacement de prothèses mammaires.
  • Correction d’une visibilité excessive de bords d’implants, de plis liés aux implants.
  • Correction dans certains cas d’implants trop palpables sous une peau fine.
  • Correction de certains défauts après une chirurgie mammaire préalable.

Préparation de l’intervention

Il est préférable d’avoir un poids stable avant et après l’opération. Une perte significative de poids avant l’opération peut diminuer la quantité de graisse disponible. Une perte de poids après l’opération peut diminuer le volume mammaire.

Il est essentiel de faire une echo-mammographie avant l’opération. Au moindre doute, un avis sénologique doit être demandé.

La consommation de tabac doit être arrêtée au moins 6-8 semaines avant l’opération. En effet, la prise de graisse est bien moins bonne chez les femmes qui fument.

De l’homéopathie, notamment de l’Arnica, peut être prescrite 1 semaine avant l’opération.

Tout médicament favorisant le saignement doit être arrêté dans les 10 jours précédant l’intervention : aspirine, AINS, anticoagulants, ainsi que certains compléments alimentaires.

Dans les cas où l’expansion préalable au BRAVA est indiquée, celle-ci est mise en route dans les 2-3 mois précédant l’opération.

Comme pour toute opération sous anesthésie générale ou locale potentialisée, l’anesthésiste doit être vu en consultation dans le mois précédant l’opération, et dans tous les cas au moins 48h avant.

Déroulement de l’opération

L’opération a lieu sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale potentialisée.

Un marquage des zones à prélever et des zones mammaires à injecter est fait en position debout.

Dans un premier temps, les zones « donneuses » sont prélevées exactement comme s’il s’agissait d’une lipoaspiration, sauf que la graisse est collectée dans des bocaux stériles spéciaux, puis centrifugée ou filtrée, au lieu d’être jetée. Les cicatrices, tant pour prélever que pour injecter la graisse, sont minimes : chacune fait 2-3mm.

Dans un second temps, après que la patiente ait été positionnée en position assise, la graisse est injectée sur les zones mammaires au augmenter dans différents plans, de façon à favoriser la prise de cette graisse injectée.

Dans certains cas où la peau est très tonique, des ponctures sont faites sur la poitrine avec une petite aiguille de façon à relâcher la constriction sous cutanée qui peut exister.

Chaque incision est refermée avec un point de suture et un pansement est réalisé. Un lipopanthy est généralement mis pour comprimer les zones prélevées.

La durée totale de l’opération varie entre 1 heure et 3 heures, selon la quantité de graisse à prélever et injecter.

Par ailleurs, lorsque la pose de prothèses mammaires est associée au lipofilling mammaire, le premier temps consiste en la mise en place des prothèses, puis ensuite le complément d’injection de graisse.

Suites opératoires et convalescence

  • Le pansement est retiré le lendemain. Le sein sera alors très tuméfié, gonflé, avec des bleus parfois impressionnants, et ce pour les 10-15 jours qui suivent l’opération. Ces éléments disparaissent ensuite progressivement, et le résultat final peut se juger à partir de 3 mois post-opératoire.
  • Les douleurs ne sont généralement pas importantes, et bien contrôlées par des antalgiques modérés. Il s’agit plus de sensation de grosses courbatures au niveau des zones prélevées, et de tension au niveau de la poitrine.
  • La sensibilité de la poitrine est habituellement transitoirement altérée dans les semaines suivant l’opération. Elle redevient strictement normale en cas de lipofilling isolé.
  • Les douches peuvent être prises dès le lendemain, et toute activité normale peut également être reprise dans les 2-3 jours suivant l’opération.
  • L’hospitalisation peut se faire en ambulatoire ou en hospitalisation classique.
  • Le lipopanthy est gardé un mois, et un soutien-gorge de contention adapté est également gardé un mois, voire 6-8 semaines si des prothèses mammaires ont également été posées.

Risques de l’opération

  • Le risque principal est celui d’une insuffisance d’augmentation. En effet, seule une partie des cellules graisseuses injectées survit. Les paramètres qui déterminent la quantité de graisse qui persiste sont multiples, tant techniques de la part du chirurgien que du fait de différents facteurs tissulaires et vasculaires de la patiente. Dans tous les cas, il faut d’emblée considérer qu’hormis des petites augmentations ou des associations aux prothèses, ou encore pour des lipofillings destinés à corriger certains défauts localisés, une voire d’autres séances complémentaires seront nécessaires pour obtenir le résultat final souhaité.
  • Les autres risques sont rares : infection, embolie graisseuse

Durée du résultat de l’opération et suivi

Une fois l’œdème résorbé, le résultat reste stable sauf en cas de variations pondérales. La poitrine suit en effet dans un sens comme dans l’autre les variations de poids.

Une surveillance régulière est obligatoire après un lipofilling mammaire, avec des contrôles cliniques et echo-mammographiques par un radiologue connaissant cette technique et ses conséquences mammographiques. En effet, des modifications de l’imagerie des seins surviennent fréquemment après un lipofilling mammaire, mais elles n’empêchent pas le suivi mammographique classique et le dépistage de tumeurs des seins.

Bien évidemment, le lipofilling mammaire ne favorise pas la survenue de tumeurs mammaires, mais il ne l’empêche pas non plus, et la surveillance mammaire est donc essentielle.

En conclusion, le lipofilling mammaire est une véritable avancée en augmentation mammaire. Isolément, il permet une augmentation modérée naturelle de la poitrine. Associé aux prothèses mammaires, il peut diminuer certains inconvénients des implants et favorise parfois un résultat plus naturel. Enfin, cette technique est un deux en un, qui ajoute à l’augmentation mammaire les bénéfices d’une lipoaspiration. Il faut cependant noter que la qualité du résultat, notamment la quantité de graisse qui persiste après quelques mois, est en bonne partie liée à la technique et à l’expérience du chirurgien.

mise à jour: 09.07.2014

Consultez un spécialiste dans le domaine : Lipofilling mammaire.

Spécialistes près de chez vous   

Interventions envisagées par les autres