Carboxythérapie

Cette technique est basée sur les effets curatifs de l’oxyde carbonique, elle permet d’assainir et de revitaliser la peau. L’oxyde carbonique est appliqué par injection sous-cutanée. Il favorise la régénération des tissus et une meilleure circulation sanguine. Cette technique est utilisée pour le rajeunissement de la peau, le traitement de la cellulite, la cicatrisation de blessures, le traitement de cicatrices et d’adhérences.

skin

La carboxythérapie

Historique

La carboxythérapie correspond à des micros injections de dioxyde de carbone (CO2) par voie sous cutané. Le CO2 est un gaz inodore, et incolore découvert par Van Helmont en 1648.

C’est au sein de la station thermale de Royat en 1932, que la carboxythérapie a connu ses débuts. Des cardiologues ont commencé à traiter les problèmes d’artériopathie grâce à l’insufflation de CO2. Fort de leur succès, c’est aujourd’hui près de 20 000 patients qui viennent bénéficier de ce traitement tous les ans.

Ce n’est qu’à partir des années 2000 que l’on parle de carboxythérapie en médecine esthétique. Le Docteur Jérôme Berthier, est le premier à utiliser la carboxythérapie pour le traitement de la cellulite, et il connait un véritable succès. En 2001, le Dr Brandi en Italie, démontre l’intérêt de l’insufflation du CO2 sur la lyse adipocytaire. Et en 2004, des études démontrent l’efficacité de la carboxythérapie sur le relâchement cutané et l’effet tenseur toujours avec le Dr Brandi.

A ce jour, la carboxythérapie a largement prouvée son efficacité tant sur l’application médicale pure, et également dans le domaine de la médecine esthétique.

Principe

La carboxythérapie correspond à l’injection sous cutané d’une petite quantité de dioxyde de carbone. Cette technique a différentes actions sur l’ensemble du corps.

Elle facilite les échanges métaboliques, grâce à une vasodilatation des tissus ainsi qu’une néo-angiogénèse. Au contact du dioxyde de carbone, nous observons également une amélioration de la vascularisation, ainsi qu’une hyperoxygénation des cellules in situ grâce à l’effet Bohr. Le fonctionnement des cellules est ainsi boosté. La carboxythérapie va induire une néocollagénose en stimulant l’activité des fibroblastes ayant des bénéfices directes sur la qualité de la peau notamment sur le relâchement cutané ou encore le traitement des cicatrices.

Au niveau de l’hypoderme, nous observons au contact du CO2, une lipoclasie des adipocytes c’est-à-dire une destruction des parois cellulaire, donc une diminution du volume, des capitons, et une amélioration du relâchement cutané.

Indications

L’application de la carboxythérapie n’est pas restreinte aux problèmes d’artériopathie, mais s’applique également à divers indications en médecine esthétique.

Les cernes

Qu’est-ce qu’un cerne ?

La peau qui entoure l’œil est extrêmement fine, bien plus fine que sur le reste du corps, ce qui rend la zone très fragile. Bien que les cernes soient souvent d’origine héréditaire, le moindre changement d’hygiène de vie peut le marquer d’avantage. Ainsi, la pollution, le tabac, le stress, la fatigue ou encore l’excès d’alcool peut favoriser ou aggraver le cerne. Dans la majeure partie des cas, la formation du cerne résulte le plus souvent d’une défaillance au niveau de la microcirculation sanguine.

Les cernes peuvent se présenter sous différentes formes :

  • le cerne creux : résulte d’un affinement de la peau de la paupière inférieure.
  • le cerne coloré (marron) : le plus souvent héréditaire, d’origine ethnique, il résulte d’une accumulation de pigment sur le contour de l’œil provoquant une hyperpigmentation.
  • le cerne bleuté/violet : résulte d’une peau trop fine, rendant la vascularisation visible en transparence

Cernes et carboxythérapie

Les insufflations de dioxyde de carbone au niveau de la zone péri-oculaire ont un impact très positif sur les cernes de couleur bistres et bleutées. Le Dr Zdinak de New-York, est le premier à parler du traitement de la carboxythérapie pour les cernes bistres et la réjuvénation des yeux. En effet, l’insufflation de CO2 permet d’éclaircir la couleur des cernes des peaux méditerranéennes jusqu’à obtenir une homogénisation de la couleur. En ce qui concerne les cernes bleus à peau trop fine, la carboxythérapie permet un épaississement du derme superficiel, ainsi qu’une amélioration de la vascularisation les rendant nettement moins visibles. Son action sur le derme superficiel à un impact direct sur la qualité de la peau, avec une diminution des ridules au niveau de la patte d’oie.

Déroulement de la séance

La pratique de la carboxythérapie nécessite une pratique rigoureuse. Les injections sont réalisées avec de très fines aiguilles et sont effectuées au niveau du canthus externe de la paupière inférieure et supérieure. Le gaz se diffuse très facilement, et nous le visualisons très bien. Aucune marque ne reste après la séance, seul un érythème résiduel persiste pendant quelques minutes. L’œdème quant à lui se résorbe rapidement. Les injections sont effectuées pendant 20 à 30 minutes. Une anesthésie locale n’est pas requise.

Le traitement comprend 4 à 8 séances rapprochées à raison d’une par semaine.

En fonction de l’indication et pour une meilleure efficacité, des peelings peuvent être associés. Le peeling dépigmentant est le traitement principalement associé à la cure de carboxythérapie pour le traitement des cernes bistres notamment.

publié: 26.10.2015

Consultez un spécialiste dans le domaine : Carboxythérapie .