Avantages des implants en sérum physiologique

Le Dr José-Albert Budo est un spécialiste expérimenté en chirurgie plastique qui exerce à Liège et Bruxelles. L'un des traitements proposés par le Docteur Budo est également l'augmentation mammaire avec les implants. Vous envisagez une augmentation mammaire avec les implants ? Puis votre chirurgien devrait vous communiquer le type d'implant qu'il utilise. Il devrait également mentionner avec quel fabricant des prothèses mammaires il travaille. N'oubliez pas : il faut toujours connaître le contenant et le contenu des prothèses mammaires.

Type d'implant et son importance

Il arrive souvent que les patientes ne connaissent pas le type de prothèse mammaire utilisée. Les patientes ne connaissent ni les complications éventuelles, ni les garanties et responsabilités du médecin, du fabricant et du patient.

Le contenu et le contenant de l'implant

La prothèse mammaire est constituée d'un contenu et d'un contenant. Pourquoi faut-il être informée du contenu et du contenant de votre prothèse ? En ce qui concerne le contenu, il n'existe pas encore une 'membrane idéale' : la transpiration sera toujours présente, cela veut dire un "bleeding" du contenu à travers son contenant. C'est-à-dire qu'on retrouvera toujours du contenu en dehors de l'implant.

D'ailleurs, les fabricants des prothèses mammaires ne proposent pas des prothèses "No bleeding" mais des prothèses "Low bleeding". En plus, le contenu peut réagir avec son contenant. Si ce contenu de l'implant est constitué du sérum physiologique, il y aura aussi une certaine transpiration à travers le contenant mais il s'agît du sérum physiologique qui se répartira dans le corps et en plus, le sérum physiologique ne cause aucune destruction ou dissolution de son contenant.

Vous voulez en savoir plus sur l'augmentation mammaire avec les implants ? Regardez nos vidéos ! https://www.estheticon.fr/video/augmentation-mammaire-implants-mammaires

Contenu en silicone

Comment change la donne si le contenu est du silicone ? Il s'agît d'un changement complet. La réaction dépend de la forme physique du silicone qui peut avoir une forme semi-liquide à semi-solide voire cohésive. Plus le silicone est liquide, plus vite il va transpirer à travers le contenant dans le corps ce qui peut provoquer des siliconomes et dissoudre le contenant. Dans ce cas-là, l'implant finit comme un oeuf sans coquille.

Et qui veut avoir du silicone libre dans le sein ?! Pour le moment, il n'existe pas un gel qui soit cohésif à 100 %. Par contre, il y a des noyaux de ce gel cohésif qui se liquéfient avec le temps. Un autre problème des prothèses mammaires est la formation de coques qui sont plus ou moins rétractiles. Il s'agît d'une membrane qui est fabriquée par le corps et qui entoure la prothèse mammaire. La membrane peut être plus ou moins épaisse et plus ou moins rétractile. L'intention des fabricants est de travailler sur la texture du contenant afin de réduire l'incidence des coques et des membranes rétractiles. C'est pourquoi il existe une multitude de membranes différentes.

Risques de l'enrobage de polyuréthane

Mentionnons par exemple l'utilisation de prothèses en gel de silicone entouré d'un enrobage de polyuréthane. Les implants avec un enrobage de polyuréthane (qui ont été utilisés dans les années 80) ont dû être retiré du marché. Plus tard, ils ont été réutilisés dans certains pays dont par exemple la Belgique, même en sachant qu'ils ont été retirés du marché.

À savoir, l'enrobage de l'implant est détruit par le corps avec le temps qui passe (environ 10 ans). Dans ce cas-là, il faut remplacer l'implant. Il est vrai que la couche de polyuréthane protège contre la formation de coques mais qu'est-ce qui se passe une fois qu'elle a disparu ? Et qu'est-ce qui se passe au futur, 10 ou 20 ans après l'implantation ou l'explantation ? La dégradation de polyuréthane entraîne la formation du toluène dont la présence dans le corps humain peut être assez dangereuse.

T Lymphocyte Anaplasique (ALCL) et les prothèses mammaires

La présence de T Lymphocyte Anaplasique (ALCL) après la mise en place d'implants mammaires a été publiée en 2009. Malgré cette publication, de nombreux cas sont constaté dans le monde entier. Il faut mentionner qu'il s'agît surtout des prothèses en silicone dont la texture est très rugueuse.

Complications liées aux prothèses mammaires

Nous ne voulons pas vous faire paniquer si vous portez des prothèses mammaire, il faut juste que tout le monde parle le même langage. Le Docteur Budo accentue l'importance de la création d'un formulaire d'information qui soit le même pour tous les spécialistes de la chirurgie des seins. Le formulaire doit mentionner toutes les complications possibles qui sont connues à ce jour. Le formulaire doit être publié sur le site officiel de représentation professionnelle des chirurgiens plastiques. Le formulaire doit être également remis à chaque patient pour qu'il puisse marquer "lu, compris et accepté".

Complications d'implants mammaires et les frais

Aujourd'hui, tous les frais qui résultent des complications connues d'implants mammaires sont portés à charge de la société. Sous le terme frais, nous comprenons : les chirurgies de correction de coques, remplacement à long terme, l'anesthésie, la radiologie, les RMN, les écho-ponctions, l'hospitalisation, etc. D'après le Docteur Budo, le fabricant des implants mammaires devrait donner des garanties écrites très précises sur les implants. C'est pourquoi il propose un contrat entre l'INAMI/mutuelles/patient/médecin et fabricant. Ainsi, il serait possible de constater qui est responsable, pour quoi et pendant combien de temps.

IMG 8159
Dr José-Albert Budo, spécialiste de Rajeunissement facial chirurgical et non-chirurgical aussi que de la chirurgie plastique.

publié: 09.08.2018

Spécialistes près de chez vous   
Interventions envisagées par les autres